Avec sa deuxième victoire d’étape sur ce Tour de Turquie, Jasper Philipsen s’est offert un troisième succès cette saison, car il avait aussi remporté, avec la manière, le Grand Prix de l’Escaut. Il rejoint son coéquipier Tim Merlier et Wout Van Aert au classement des victoires en Belgique. Et il intègre aussi le top 10 mondial au niveau des succès, dans une hiérarchie dominée par les Slovènes Primoz Roglic et Tadej Pogacar et le sprinter irlandais Sam Bennett, qui comptent cinq bouquets du vainqueur.

"Cela a été une étape éprouvante, avec une montée difficile et un rythme bien élevé", explique-t-il. "Je suis heureux d’être à nouveau parvenu à m’imposer. Au bout d’un sprint très rapide. Je ne comprends pas comment on peut encore faire une arrivée en descente… Mais j’avais une grande vitesse et encore de la puissance dans les jambes."

Il a devancé André Greipel et Mark Cavendish.

En cours d’étape, son équipe avait fait le forcing, avec notamment Lionel Taminiaux, pour permettre à Jay Vine de faire le sprint intermédiaire et reprendre trois secondes au leader du classement général, l’Espagnol José Manuel Diaz, qui n’a plus qu’une seconde d’avance sur l’Australien avant la dernière étape, ce dimanche. "Ils nous ont pris par surprise", déplore le leader. "Mais je ferai tout pour conserver mon avance jusqu’au bout."