Il commençait à en avoir marre, Jasper Philipsen. Deuxième des deux premières étapes du Tour de Turquie, il ne voulait plus échouer à nouveau juste derrière le vainqueur. Mais il a su trouver l’ouverture, pour remporter sa troisième victoire de la saison dans la dernière ligne droite d’Izmir, où il s’est imposé avec son maillot vert qu’il va remplacer ce mercredi par celui du leader de l’épreuve.

"Mais je m’attends à perdre ce maillot, puisque ce sera une arrivée au sommet pour terminer la quatrième étape", raconte le coureur d’Alpecin-Fenix. "Je suis très satisfait de ce succès. Cela aurait été râlant de finir à nouveau deuxième. Lors des deux premiers sprints, je pense qu’il me manquait un peu de fraîcheur après la lourde période de classiques. Mais je voulais m’aligner sur cette épreuve, pour avoir la possibilité de sprinter plusieurs fois."

Pour continuer à bien travailler ses automatismes dans ce domaine. "Je veux remporter une étape sur le Tour de France, après avoir terminé six fois deuxième ou troisième l’an dernier, ajoute-t-il. C’est mon objectif. Je me sens plus fort cette année."

Il a tenu à remercier ses coéquipiers pour ce succès conquis en Turquie. "Sur les deux premières étapes, on s’était un peu perdu, mais là, j’ai eu droit à un très bon lead-out", termine celui qui a été remonté et lancé par Lionel Taminiaux.

Le Wallon retrouve ses sensations après avoir subi une fracture de la clavicule sur le Tour d’Antalya, en Turquie, en février. "La Semaine Coppi-Bartali m’a fait du bien, explique-t-il. Je suis content de mon niveau actuel."