Médaillé d’or au récent championnat d’Europe à Trente à la surprise générale, Thibau Nys attire désormais tous les regards côté belge. Si personne ne l’attendait il y a deux semaines en Italie, le fils de Sven sera davantage surveillé au Mondial : "Je ne suis plus l’inconnu désormais. Connaissant ma pointe de vitesse, mes rivaux ne voudront sans doute plus rouler avec moi jusqu’à la ligne", souriait le jeune coureur de 18 ans à peine, qui sera le 4e plus jeune coureur des engagés, "mais il y a tellement de scénarios possibles sur un tel parcours. Personne ne peut prédire comment la course va se dessiner."

Sélectionné en dernière minute pour l’Euro et le Mondial, après avoir remporté quatre épreuves nationales de jeunes en Belgique et être devenu vice-champion national sur route de la catégorie, Nys n’a pas encore beaucoup d’expérience au niveau international, se concentrant davantage sur le cyclo-cross jusqu’à cet été. "Qui sont nos principaux adversaires ? Il faut le demander à mes équipiers qui ont davantage roulé contre nos rivaux cette saison."

En revanche, Nys possède l’avantage de connaître le parcours louvaniste comme sa poche, lui qui habite à quelques kilomètres de la ligne d’arrivée. Un tracé qui lui correspond à merveille : "Sur papier, le parcours me convient mieux que le tracé de l’Euro, les efforts courts et intenses des petites ascensions ressemblent beaucoup aux efforts du cyclo-cross", explique le coureur de Baloise-Trek Lions qui préfère malgré tout rester modeste sur ses chances de l’emporter : "Si la course est très difficile, je vais peut-être manquer de coffre. Je suis encore jeune et je ne suis pas le grand favori. Sur ce Mondial, je vais être opposé à des coureurs qui ont beaucoup plus d’expérience que moi au niveau international, même WorldTour pour certains. Je me considère plutôt comme un outsider. Mais le plus important, c’est que l’un de nous ramène le maillot arc-en-ciel."