Klaus Mueller fulmine après l'interview "confession" de Lance Armstrong

SYDNEY Le président de la fédération australienne de cyclisme Klaus Mueller s'est montré extrêmement sévère dimanche après les confessions de Lance Armstrong, dont il a estimé qu'il "frisait le délire".
"C'était à demi-cuit et pathétique.

Il frise le délire", a affirmé M. Mueller à propos des déclarations d'Armstrong aux quotidiens du groupe News Limited, après la diffusion de l'interview en deux parties par Oprah Winfrey de l'ancien coureur cycliste américain, qui a reconnu s'être dopé pendant sa carrière.
Selon le président de la fédération australienne, "c'était la plus fausse, tiède, choquante, confession d'un mec qui a été si répréhensible dans son comportement".

Pour M. Mueller, il y avait de la part d'Armstrong "un manque de contrition véritable, de (demande) d'excuse véritable à un sport à qui il a causé des dégâts considérables".

"C'était le plus décevant de tout, le manque de reconnaissance du dégât qu'il a fait dans le sport".

Mueller, qui est un avocat de Melbourne, a également affirmé que le dopage devrait être traité comme un crime.

"J'ai demandé au gouvernement (australien) de traiter les tricheries dans le sport, qu'il s'agisse des paris truqués ou du dopage, comme un acte criminel", a-t-il dit.

© La Dernière Heure 2013