Le Team Ineos risque d'avoir de nouveaux problèmes de luxe sur le Tour de France, cette année.

Voilà qui est bon signe ! On parle de nouveau des guerres internes chez Ineos, où les leaders cherchent à affirmer leur autorité. C'est une preuve que la perspective d'un retour à la compétition, forcément accentuée par la sortie du calendrier World Tour cette semaine, prend tout doucement le dessus sur la crise actuelle et le confinement.

Eurosport Espagne a interrogé le vainqueur sortant du Tour de France par l'intermédiaire de son consultant Alberto Contador. L'occasion pour Egan Bernal d'affirmer son autorité en qualité de dossard n°1 du Tour 2020: "Je comprends la tactique de l’équipe. Ce serait intéressant de gagner un cinquième Tour avec Froome, ou un deuxième avec Thomas, deux coureurs britanniques, alors que notre équipe est britannique. Je comprends ça". Mais Bernal préfère prévenir: il a aussi son point de vue ! "Si je suis à 100%, je ne me sacrifierai pas (...) et je pense que les autres ne le feront pas non plus. Je ne vais pas laisser passer l'opportunité d'en gagner un deuxième, c'est certain. On verra dans quelle condition nous arriverons sur le Tour. On n'a pas beaucoup couru, il y a beaucoup d'inconnues. Cela s'éclaircira au fil de la course. Pour le moment, il n'y a rien d'autre à faire que s'entraîner et rester concentré en faisant les choses du mieux possible."

C'est la première fois qu'Ineos (ex-Sky) se présentera avec trois véritables leaders au départ du Tour. Jusque-là, les Britanniques s'étaient limités à deux cartes majeures. Autre problème: Nicolas Portal, décédé inopinément en mars dernier, ne sera plus présent dans la voiture ni en coulisses pour canaliser les ambitions de certains. Suffisant pour semer la zizanie au sein de l'armada ? Réponse en septembre prochain.