Le quintuple vainqueur de la Grande Boucle s'est confié au journal Le Parisien.

Pour Bernard Hinault, le cyclisme passe actuellement au second plan : "Les annulations doivent être remises dans un contexte plus large. Rester en bonne santé est plus important que le cyclisme à l'heure actuelle. Le sport, c'est quelque chose de fantastique et le Tour de France est une grande fête, mais la vie est plus importante", explique le Blaireau qui se retrouve actuellement confiné dans sa ferme campagnarde, isolé de tous. "Pour le moment, nous ne devons pas penser au cyclisme. Les fans le comprennent aussi. Si le Tour de France doit être annulé, il ne faut pas hésiter. Nous faisons face à une maladie mortelle. C'est plus important."

Le patron du Tour de France, Christian Prud'homme confiait encore la semaine dernière sur Paris-Nice que le Tour de France n'avait été annulé que durant les deux guerres mondiales. "Mais actuellement, nous sommes en guerre contre un virus", a répondu Hinault avec son sens de la formule si caractéristique, "Nous ne pouvons pas dire actuellement que le Tour de France sera organisé envers et contre tout. Ce n'est pas à moi de prendre cette décision mais il y a encore le temps. Nous devons cependant nous demander s'il est souhaitable que de grands groupes de personnes se regroupent le long de la route et courent le risque d'être contaminés."

Si le temps ne presse pas encore, Hinault fixe néanmoins une deadline : "Pour début juin, nous devrons être fixés. Le Tour, c'est une organisation gigantesque. Il y a un énorme travail de logistique à prévoir, également pour la police et les hôtels. C'est pourquoi, s'il faut annuler, nous ne devons pas trop tarder."

Après les classiques printanières et le Tour d'Italie, la Grande Boucle sera-t-elle, elle aussi annulée ?