Bettini attendu au tournant

Cyclisme

Ph. V.H.

Publié le

Les organisateurs ont fait une ultime tentative pour l'écarter, en vain

STUTTGART Paolo Bettini aura donc résisté à toutes les tempêtes. Celles des soi-disant accusations de dopage, par son ancien équipier Sinkewitz, et celles des organisateurs qui, hier, ont effectué une ultime démarche légale pour tenter de lui interdire le départ, ce dimanche, en demandant à un tribunal national de trancher. Ce fut rapidement fait : le juge concerné a constaté que "la signature de la charte éthique n'était pas une condition sine qua non à la participation d'un coureur au championnat du monde." Le maire de Suttugart, Wolfgang Schuster, a publiquement regretté le jugement rendu hier, mais a néanmoins dû s'en accommoder.

Bettini, le champion contesté, était le premier à s'en réjouir. "Depuis le début, j'étais persuadé qu'on, ne pourrait pas m'empêcher de disputer ce championnat du monde, vu que cette charte n'a aucun poids légal, disait Bettini. Je n'ai pas de manager, mais j'ai un bon ami avocat qui m'avait tout de suite rassuré. J'ai toujours cru que je n'aurais pas besoin de lui, du moins à titre professionnel, mais je me trompais. Aujourd'hui, il m'est drôlement précieux."

On ne nous enlèvera pas de la tête que toute cette bagarre verbale et juridique autour de l'Italien ne lui aura pas fait du bien. Même s'il prétend le contraire. "Je vais la disputer, cette course, et je vais même la gagner," martèle le Toscan, qui, hier, s'est rendu à la soirée donnée par les organisateurs du Mondial 2008 qui se tiendra à Varèse. Toute l'équipe italienne se trouvait à ses côtés, y compris Di Luca, qui a définitivement renoncé à l'idée de repartir chez lui au plus vite. Le coureur suspendu provisoirement par le CONI (et remplacé ici par Tosatto) reste avec ses amis. Ce vendredi, il a même effectué une sortie d'entraînement avec eux !

On notera aussi la présence à cette réception d'un certain Gianni Bugno que les politiques de la ville de Stuttgart ne souhaitaient pas avoir en visite.

Hier, on parlait de plus en plus d'une action de protestation des coureurs italiens et espagnols sur la ligne de départ dimanche, mais cette démarche ne semble pas récolter un enthousiasme immodéré des autres nations. On le comprend aisément.



© La Dernière Heure 2007

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info