D'autres anciens coureurs au passé douteux sont encore présents dans le cyclisme professionnel.

L’annonce du retour de Bjarne Riis dans le peloton professionnel n’a laissé personne indifférent. Le Danois, qui a reconnu s'être dopé durant sa carrière et notamment durant le Tour de France 1996 qu’il avait remporté, a indiqué le 8 janvier qu’il devenait copropriétaire de l'équipe NTT Pro Cycling (ex-Dimension Data).

Cette annonce a été diversement appréciée par les média ou dans les réseaux sociaux. Le principal intéressé a lui-même reconnu que son retour aux affaires n’allait "pas plaire à tout le monde" pendant que le très sérieux journal Le Monde comparait l’ancien manager de CSC à un "encombrant sparadrap."

Pourtant, certaines voix se sont élevées pour indiquer, à juste titre, que Bjarne Riis n’était pas le seul acteur du cyclisme à traîner des casseroles. Deux autres patrons de formations WorldTour ont en effet reconnu avoir eu recours au dopage durant leur carrière professionnelle : Alexandre Vinokourov (Astana) et Jonathan Vaughters (EF). Quant aux autres anciens coureurs reconvertis en managers, la période durant laquelle ils étaient compétiteurs ne laisse malheureusement que peu de place au doute. Cette remarque vaut également pour bien d’autres acteurs du monde professionnel, comme les nombreux directeurs sportifs qui ont été cyclistes à la fin des années 90 ou au début des années 2000. Un rapide état des lieux prouve donc que le vélo n’a pas encore complètement tourné le dos à son passé trouble, incarné, sans doute à tort, par le seul Bjarne Riis.

Le cyclisme, tel qu’il est désormais organisé, ne semble toutefois pas enclin à laisser les dérives du passé se reproduire. C’est ce que Victor Campenaerts, qui a rejoint la formation NTT Pro Cycling durant l’intersaison, a avancé au moment où il était interrogé sur l’arrivée de Bjarne Riis au sein de sa nouvelle équipe. "Bien sûr, il a un certain passé. Mais cela ne m'inquiète pas. En 2020, il n'y a plus d'utilisation structurée du dopage dans les équipes", a indiqué le recordman de l’heure lors d’une interview au Nieuwsblad. Les compétences acquises par les anciens coureurs durant leur carrière légitiment leur présence dans le peloton actuel. "L'expertise et l'étendue de l'expérience que Bjarne Riis fournira pour soutenir le développement sportif de l’équipe seront extrêmement importantes", a soutenu Douglas Ryder, le fondateur de NTT Pro Cycling, au moment de l’intronisation du Danois. Il faudra sans doute attendre quelques années avant que le milieu du cyclisme n’ait plus besoin d’avoir recours à d’anciens coureurs au passé trouble.