Pour Philippe Gilbert, la Clasica San Sebastian sera peut-être une des épreuves les plus importantes de l’année, samedi. Car, on l’a dit, la Belgique est redescendue à la dixième place dans le classement internations du World Tour. Et si elle sort de ce Top 10, elle ne pourra envoyer que six coureurs au lieu de neuf au Mondial, que le Liégeois veut encore remporter. Or il ne reste que deux courses prises en compte : la classique basque de ce samedi et le Tour de Pologne, qui débute dimanche.

"Ce sera très serré pour se maintenir dans ce Top 10, ce n’est pas gagné", confirme le sélectionneur national Carlo Bomans. "Car deux pays nous talonnent vraiment de près : les États-Unis et la Pologne."

Or, on peut imaginer que ces derniers soient surmotivés sur leur tour national, notamment avec Niemec, 6e du dernier Giro, tandis que Kwiatkowski, très en vue sur le Tour de France, prendra part à la Clasica. Et ces Polonais ne sont qu’à 37 petits points des Belges (les USA sont à 16 points de nous, tandis que nous ne sommes devancés que de sept points par les Slovaques de Peter Sagan ou de 22 unités par les Suisses).

"Ce ne sera donc pas évident, et il est important que nous marquions des points sur ces deux dernières courses : les coureurs sont conscients de la situation", continue Carlo Bomans. "Gilbert ou Van Avermaet, ce sont des gagneurs, des gars qui veulent toujours gagner, c’est donc rassurant. Ce serait d’ailleurs idéal que ce soit l’un deux qui s’impose samedi. Qu’on me comprenne bien : je souhaite la victoire d’un Belge samedi, n’importe lequel. Mais l’idéal serait que ce soit un Gilbert ou un Van Avermaet, car il faut savoir que le classement World Tour par équipes se calcule en prenant compte des cinq premiers classés de chaque nation au classement individuel."

La Belgique a, en effet, 412 points, grâce à Van Avermaet qui en a 140, Vanmarcke 80, Gilbert et Roelandts 70, chacun, et Hermans 52. Les points des autres Belges classés (Van den Broeck, 41, Meersman, 40, Bakelants, 34, Monfort, 20, Boonen et Leukemans 14 chacun, De Gendt 12, Vandenbergh 10, Seeldrayers 2, Debusschere, Wellens et Vanendert 1 chacun) ne sont donc pas pris en compte.

"Si un Devolder, qui a l’air en forme, gagne, il ne nous rapporterait donc pas beaucoup de points, puisqu’il entrerait dans le classement avec 80 points, ce qui ne serait pas un grand gain (NdlR : car on perdrait les 52 d’Hermans ou les 70 de Roelandts si Hermans en grappille quelques-uns, samedi). Par contre, si Gilbert ou Van Avermaet s’impose, là, c’est un meilleur bénéfice pour le pays."