Six semaines après sa lourde chute, Tom Boonen a repris l’entraînement.

Le 9 octobre dernier, Tom Boonen chutait lourdement au début de la 2e étape du Tour d’Abou Dhabi. Relevé avec une fracture du crâne (os temporal gauche), une légère hémorragie cérébrale et une petite commotion, l’ancien champion du monde semblait une fois encore arrêté net par la malchance alors qu’à 35 ans, il est occupé à donner ses derniers coups de pédales. Un mois et demi plus tard, la perspective de voir le Roi des classiques pavées à son meilleur niveau au printemps prochain semble pourtant redevenue totalement d’actualité.

Hier, à quatre jours du cyclo-cross caritatif (voir ci-dessous) qu’il organisera samedi à Mol, Tom Boonen s’est expliqué pour la première fois depuis son accident.

Avant tout, Tom, comment allez-vous ?

"Cela va bien, j’ai envie de dire. Mieux que ce à quoi on s’attendait. Dans les deux ou trois jours après ma chute, les médecins ont parlé de six mois de revalidation, mais j’ai quand même eu une lourde chute. Je ne peux pas dire que j’ai vraiment eu mal. Des maux de tête, pendant une quinzaine de jours, mais désormais, c’est fini, je suis surtout fatigué. Je suis d’ailleurs réveillé plus tôt, le matin. Au début, en me levant, je me sentais comme si j’avais couru deux Tours de France consécutifs. Maintenant, depuis deux semaines, cela va mieux, mais quand je roule deux jours de suite, je suis fatigué le troisième."

Vous n’avez pas de séquelle ?

"Le vrai problème qui subsiste, c’est un sifflement dans l’oreille gauche. J’entends moins bien de vingt à trente pour cent de cette oreille. C’est surtout usant, j’espère que cela finira par partir, mais les médecins ne peuvent le garantir."

Vous êtes donc en pleine revalidation ?

"Ce que j’ai eu, ce ne sont pas des blessures comme les autres. Rien à voir avec une fracture de la jambe ou de la clavicule. Il n’y a pas à proprement une revalidation. Pour moi, une revalidation, cela implique une activité, des soins, de la kiné, de l’entraînement. Dans ce cas-ci, il faut attendre Je dois rester prudent, ne pas brusquer les choses, laisser faire la nature. J’ai passé un examen, lundi de la semaine passée, le prochain se fera dans trois semaines."

On a appris il y a quelques jours que vous rouliez déjà…

"Depuis une quinzaine de jours. Ce week-end, j’ai pu rouler deux fois trois heures et demie. À mes yeux, mes premiers entraînements. Désormais, je roule cinq fois par semaine, mais à un rythme prudent et surtout en vélo tout terrain. Comme cela, si je tombe, ce sera moins grave." (il rigole)

Pourtant, vous ne courrez pas samedi votre cross ?

"Non, malheureusement. J’aurais aimé le faire, notamment pour mes supporters, mais les médecins me le déconseillent. Mais je serai là, toute la journée, j’aiderai à l’organisation, selon mes moyens."

Comment vous sentez-vous moralement ?

"En octobre, j’étais en forme, j’avais bien fini la saison. Je venais de gagner une semaine avant ma chute, c’est pour cela que j’ai été à Abou Dhabi. Je voulais continuer sur ma lancée, finir la saison sur une note positive, prendre un peu de vacances et poursuivre sur mon élan. Malheureusement, avec cette chute, j’ai dû repartir de zéro. J’aurais évidemment préféré avoir un hiver tranquille."

Vous n’avez jamais eu envie de tout plaquer ?

"Non, je roule car j’aime vraiment cela. Le plan était de rouler encore un an, au moins. Il n’a pas changé. J’ai un contrat d’un an, mais j’espère être là en 2017. J’ai toujours cette envie de courir, de me battre. Je veux revenir et disputer les classiques printanières et, bien sûr, à mon meilleur niveau, pas pour simplement y participer."


"Aucune raison de paniquer"

Justement, vous serez prêt au printemps ?

"J’ai encore le temps de me préparer. Paris-Roubaix, c’est dans près de cinq mois  (NdlR : le 10 avril 2016, soit dans 137 jours ou quatre mois et demi). D’ailleurs, la plupart de mes adversaires sont encore en congé et moi je roule déjà.  (il sourit)  Je pense qu’après le nouvel an, je serai au même niveau que d’habitude. Je dois être patient, il n’y a aucune raison de paniquer, je suis persuadé que tout va bien se passer."

Vous êtes tombé plusieurs fois ces dernières années, cela ne vous fait pas douter ?

"C’est certain qu’avec l’âge, on se pose des questions, mais ce genre de chute peut arriver à tout le monde et partout. C’est de la malchance, je n’ai rien pu faire, je suis tombé la tête la première sur le sol. En vingt et un ans de course dont quinze chez les pros, jamais cela ne m’était arrivé."

Quel sera votre programme du début de saison ?

"On verra. Aujourd’hui, je ne peux rien dire, cela va dépendre de mon évolution. Si je peux faire correctement les deux stages de l’équipe  (NdlR : le premier débute le 8 décembre à Calpe, le second début janvier, au même endroit),  cela devrait ensuite aller. Ce n’est qu’après le deuxième stage que nous déciderons dans quelle course je débuterai la saison, à San Luis, au Qatar, ailleurs ? Je n’en sais rien aujour- d’hui. Après, certainement qu’à partir du Circuit Het Nieuwsblad, mon programme sera le même que ces dernières années avec Paris-Nice, Milan-Sanremo puis les courses et classiques flandriennes…"


Le cyclo-cross des routiers ce samedi

Tom Boonen ne disputera pas, samedi, le cyclo-cross des routiers qu’il organise avec Wilfried Peeters pour la 6e fois. L’an passé, la course n’avait pu avoir lieu. Cette journée  "Boonen&Friends"  (Boonen et ses amis) retrouve sa place au Domaine provincial Zilvermeer de Mol, en Campine. 

Des épreuves pour aspirants sont prévues le matin, puis un cross pour anciens champions à 14h15 (avec notamment Niels Albert, Bart Wellens, Fons Dewolf, Tom Steels, Davide Bramati…). L’épreuve phare, celle des routiers, débutera à 15h15. 

Parmi la cinquantaine de routiers pros présents (venus tous gratuitement), on retrouvera Marcel Kittel, André Greipel, Michal Kwiatkowski, Niki Terpstra, Zdenek Stybar, Jurgen Van den Broeck, Tiesj Benoot, David Boucher, Preben Van Hecke, Gianni Meersman, Maarten Wynants… Tous les bénéfices de la journée qui se terminera par une grande fête et notamment une vente aux enchères de maillots, vélos, objets dédicacés par les participants… sont reversés à deux ASBL,  Move to Improve  et  Bijs , qui œuvrent pour aider des enfants handicapés moteurs. 

Le prix d’entrée est fixé à 12€ (10 en prévente via info@boonenandfriends.be).


Wilfried Peeters  Etixx-quick Step:  "Miracle"

"C’est un miracle que Tom soit déjà où il est. Il est bien plus loin que ne le prédisaient les médecins. Cinq semaines après sa chute, il roulait déjà. Seul un sportif de sa trempe peut ce genre de choses, mais il doit se reconstruire calmement, sans brûler les étapes. Il aurait aimé courir samedi, il aurait sans doute pu le faire, mais nous ne devons pas prendre de risque. Il y a une grande différence entre s’entraîner et courir. Il ressent encore de la fatigue et c’est normal, mais il progresse. Il l’a surtout fait ces deux dernières semaines. S’il peut participer au premier stage de l’équipe sans problème, alors, tout se passera bien pour les classiques du printemps."