Le sprinter français a repris le week-end dernier après sa fracture de l’omoplate et espère être dans le coup.

Moreno Hofland ne sera pas présent, ce jeudi, sur la DH Famenne Ardenne Classic, pour remettre sa victoire de l’an passé en jeu. Mais si un nouveau sprint a lieu dans la dernière ligne droite, cela promet d’être relevé. Car il y a de nombreux coureurs rapides au départ. Avec notamment Nacer Bouhanni, Danny Van Poppel, Bryan Coquard, sans oublier d’éventuelles surprises. Comme Emiel Vermeulen, deuxième l’an passé et qui vient de se classer quatrième à Koolskamp.

"Je n’étais pas présent sur cette course l’an passé, mais j’avais été surpris d’apprendre que la victoire s’y était jouée au sprint, dans un peloton réduit, commente Bryan Coquard. J’espère que ce sera le même scénario. Car je pense qu’avec son parcours difficile, elle pourrait me convenir. Reste à voir comment vont répondre les jambes." Celui qui s’était classé quatrième de l’Amstel Gold Race 2016 est en reprise. "J’ai été absent des pelotons pendant cinq semaines à cause de ma fracture de l’omoplate, survenue au Tour du Limousin, décrit-il. J’ai recommencé la compétition le week-end dernier. Je n’étais pas loin d’accompagner le premier groupe à l’Eurométropole Tour, c’est donc prometteur pour les dernières compétitions et j’espère pouvoir en avoir une bonne confirmation ce jeudi sur cette DH Famenne Ardenne Classic. J’ai une ambition de résultats pour les dernières courses."

Et surtout de victoires . "Oui, je n’ai gagné que trois fois cette année, je suis souvent passé très près, avec sept ou huit places de deuxième… Un peu à l’image de la saison de notre équipe, qui n’a pas été exceptionnelle. Mais Jonas Van Genechten vient de nous remontrer le chemin du succès, avec sa victoire à Lichtervelde. J’étais très content pour lui. C’est un super-mec, qui fait toujours du bon boulot. On espère revivre ça ce jeudi."

Sur une épreuve que Coquard va découvrir. "C’est bien de voir l’apparition d’une nouvelle course, surtout quand on voit le nombre d’épreuves qui disparaissent…, termine-t-il. En plus, elle est bien située : avant le Championnat du Monde, il n’y a généralement pas grand-chose pour ceux qui ne sont pas au Mondial."