Le cyclisme renoue avec ses racines les plus profondes, dimanche, dans le Tour des Flandres que Fabian Cancellara et Tom Boonen convoitent tout aussi avidement

Pozzato forfait

Suivez la course en live dimanche dès 13h00



MEERBEKE Au départ de la Grand-Place de Bruges, l'une des merveilles architecturales de l'art flamand, commence la liturgie avec 25 équipes représentées. A l'arrivée à Meerbeke, dans la lointaine banlieue ouest de Bruxelles, un seul, le héros du jour, est consacré au bout des 261,5 kilomètres.

Boonen a déjà eu droit à deux reprises (2005, 2006) à ce culte. En cas de nouveau succès, le plus aimé des coureurs belges deviendrait le cinquième coureur à détenir le record de victoires dans le prestigieux "Ronde van Vlaanderen", le nom flamand de l'épreuve.

Cancellara, lui, n'a jamais réussi le grand jour venu sur les monts flandriens. Mais, un an après son abandon spectaculaire à cause d'une visible méforme, le champion olympique du contre-la-montre se présente avec de toutes autres ambitions.

Sa victoire samedi dernier dans le GP E3, un Tour des Flandres en modèle réduit, a valeur d'avertissement. Quand "Spartacus" affiche une telle force, il devient l'homme à battre dans les classiques du printemps. Surtout quand il est épaulé par une équipe Saxo Bank qui dispose aussi de l'Australien Stuart O'Grady et surtout de l'espoir danois Matti Breschel, le gagnant la semaine passée d'une semi-classique (A travers la Flandre).

Le groupe de Boonen (Quick Step) possède plusieurs atouts également. Sylvain Chavanel, le Français qui a aidé son chef de file dans Milan-Sanremo, a différé sa montée en régime pour peser encore plus que l'année passée. Le Belge Stijn Devolder a prouvé qu'il était plus qu'un lieutenant, un vrai leader de rechange qui a sauté sur chaque occasion pour s'imposer tant en 2008 qu'en 2009. Pour Boonen, la concurrence vient aussi de l'intérieur avec son compatriote.

A l'heure de dresser la liste de ses rivaux, le champion de Belgique n'oublie pas les leaders des autres formations. Même si l'Italien Filippo Pozzato, qui l'avait marqué à la culotte l'année passée et provoqué ainsi sa perte, a finalement déclaré forfait à cause de problèmes intestinaux.

Il reste quoi qu'il en soit nombre d'adversaires, à commencer par l'Espagnol Juan Antonio Flecha, le plus fort dans le Circuit Het Nieuwsblad fin février et leader de Sky en l'absence du Norvégien Edvald Boasson Hagen. Mais aussi le duo d'Omega Pharma (Gilbert, Hoste), celui de BMC (Ballan, Hincapie) et les collectifs de Rabobank et Liquigas.

De l'avis de Boonen, les retouches pourtant mineures apportées sur le parcours durcissent encore la course. La succession des monts flandriens, les passages répétés sur les pavés, les rétrécissements de chaussées qui réclament de frotter sans état d'âme, usent les organismes, contribuent à une sélection parfois visible seulement dans l'avant-dernier obstacle, le célèbre mur de Grammont, à 15 kilomètres de l'arrivée.

En ce dimanche de Pâques, Lance Armstrong, qui vient en vedette américaine débarrassée de toute ambition de résultat, va trouver matière à méditer. Dans les Flandres, la religion païenne du cyclisme revient à ses vraies sources.


Pozzato forfait
L'Italien Filippo Pozzato, malade, a déclaré forfait pour le Tour des Flandres, vendredi, à l'avant-veille de la course, a annoncé le journal italien la Gazzetta dello Sport sur son site internet. Pozzato, cinquième du Tour des Flandres et deuxième de Paris-Roubaix l'an passé, est encore fiévreux. Il a été affaibli par une attaque de dysenterie dans la nuit de mercredi à jeudi.

"La fièvre a un peu chuté mais je n'ai rien pu manger et je me sens physiquement à plat", a déclaré Pozzato. "Le médecin m'a conseillé de rester au repos. Courir dimanche était impossible". La décision a été prise vendredi matin par le coureur et le manageur de la formation russe, Andrei Tchmil, un ancien vainqueur du Tour des Flandres.

"Ce virus devrait passer dans quelques jours. Il ne me reste plus qu'à miser sur Paris-Roubaix (11 avril)", a ajouté le leader de Katusha. Pozzato, qui était la principale chance du cyclisme italien dimanche, a prévu de rentrer samedi en Italie.

© La Dernière Heure 2010