Cav' veut se relancer dans sa nouvelle équipe.

Après une première saison réussie chez Dimension Data en 2016 lors de laquelle il a remporté quatre étapes du Tour de France, Mark Cavendish a connu trois années de galères dans la formation sud-africaine : chutes, blessures, ainsi que la maladie d'Epstein-Barr contractée en 2018 ne l'ont pas épargné ces dernières saisons.

Sur les trois dernières années, le Manx Missile n'a levé les bras qu'à deux reprises, trop peu pour un coureur qui possède un des palmarès les plus impressionnants du peloton comme l'attestent ses 146 victoires professionnelles.

C'est pourquoi Cavendish veut se relancer dans sa nouvelle équipe Bahrain-Merida, au sein de laquelle il retrouvera Rod Ellingworth, devenu manager de la formation du Golfe, et qu'il avait déjà connu lors de sa période chez Sky en 2012.

Non-présent au premier stage de son équipe à Hvar en Croatie à la mi-décembre, Cavendish a récemment annoncé son programme au site Cyclingnews. S'il reprendra la compétition sur le Tour d'Arabie Saoudite début février avant le Tour des Émirats, le Britannique pense également à Milan-Sanremo ainsi qu'aux... classiques pavées.

L'ancien champion du monde garde des souvenirs contrastés de la Primavera qu'il a remportée il y a bientôt onze ans, en 2009, après un sprint sorti de nulle part pour devancer Heinrich Haussler parti aux 250m, de quelques centimètres sur la ligne. Mais c'est aussi sur le premier monument du printemps que Cavendish a été victime d'une impressionnante chute en 2018.



Ensuite, Cavendish devrait prendre la direction de la Belgique pour participer à quelques classiques pavées même si l'équipe n'a pas encore dévoilé précisément lesquelles. Lui qui n'a plus participé à une grande course flandrienne depuis Paris-Roubaix en 2016. 

Un retour aux sources pour le Britannique après trois ans de galères...