La première course officielle pour les élites sans contrat et espoirs en ce mois d’août, en Belgique, après le Grand Prix Vermarc, début juillet, aura lieu ce mercredi, avec le Tour du Brabant flamand. Vu le nombre de courses annulées en Belgique, que ce soit pour les pros ou pour les jeunes, cette épreuve de cinq étapes fait figure… d’exception.

"C’est simple, pour moi, c’est une des seules qui vont rester", commente Tom Paquot. "Enfin, en fonction du déroulement de la course, on y verra sans doute plus clair pour la suite. Mais la suite de la saison paraît assez inquiétante. Il ne restait déjà plus grand-chose, pour nous, les espoirs. Mais, avec toutes les récentes annulations, ce qui va rester se compte sur les doigts de la main…"

Vainqueur l’an passé d’une étape du Tour de Liège, chez lui, à Braives, Tom Paquot est toujours un client sur les épreuves d’une semaine. Comment aborde-t-il ce Tour du Brabant flamand ? "Nous sommes dans un contexte particulier, et je verrai donc au jour le jour", répond-il. "Surtout que je reviens de chute. Je suis tombé sur une des courses d’entraînement il y a un peu plus de deux semaines, et cela m’a bien ralenti. Alors que je sortais d’un bon stage avec l’équipe. Mais je commence à me remettre après avoir été au repos. On verra donc ce que cela donne sur ce Tour du Brabant flamand, mais qui est plus devenu, pour moi, une grosse kermesse."

Avec cinq étapes qui n’auront pas lieu en ligne mais en circuit, à Linden ce mercredi, à Nieuwrode jeudi, à Bertem vendredi, à Kumtich samedi et à Rillard dimanche. "Ce sera donc typique des kermesses à la flamande, mais avec du gros niveau", poursuit Tom Paquot. "Plusieurs équipes vont aligner des pros, comme les frères Aerts chez Telenet-Baloise, Jonas Rickaert ou Roy Jans chez Alpecin-Fenix ou Laurens Sweeck et Eli Iserbyt chez Pauwels Sauzen-Bingoal."

Comment celui qui avait terminé deuxième du DH Challenge Ekoï des espoirs l’an passé vit-il la période actuelle ? "Ce n’est pas facile, surtout mentalement, et les récentes annulations de courses ont été un nouveau coup au moral", répond-il. "Ce n’est pas gai…"

Solide coureur de la formation Bingoal-WB Development Team, le Liégeois devrait pouvoir disputer des courses dans l’équipe pro de la structure Wallonie-Bruxelles.

"Heureusement qu’il y a ce Tour"

Les jeunes coureurs voient leur calendrier se réduire à presque rien. Et, pour les dirigeants, il n’est pas facile de trouver des solutions. "C’est loin d’être évident", commente Jean-Denis Vandenbroucke, directeur sportif de Bingoal-WB Development Team. "Heureusement qu’il y a ce Tour du Brabant flamand ce mercredi. Pour le reste, on va d’annulation en annulation. On espère être repris au Baby Giro. C’est difficile pour nos jeunes. On les avait bien fait monter en puissance en vue de cette reprise. Mais ils n’ont quasiment pas de courses. Et pour les kermesses qui restent, c’est compliqué d’avoir une place : un de nos coureurs m’a signalé qu’ils étaient… 400 inscrits sur une kermesse."

Plusieurs espoirs de cette formation pourront être sélectionnés par l’équipe pro de Bingoal-Wallonie Bruxelles. "Ceux qui marchent bien, comme Tom Paquot, Félix Dopchie, Quentin Venner ou Laurenz Rex, effectivement, on a prévu de les aligner quand on a un double ou triple programme. Même si les pros restent prioritaires, eux aussi ont besoin de courir…"