La nouvelle est tombée aujourd'hui: Paris-Roubaix est officiellement annulé à cause du Covid-19. La ville de Lille est passée en zone d'alerte maximale ce qui ne permet pas de garantir la sécurité sanitaire de la course.

Le patron de l'ASO, du Tour et de Paris-Roubaix, Christian Christian Prudhomme a réagi après la décision des autorités. S'il se montre évidemment déçu, il comprend que la situation est devenue ingérable dans le nord de la France. "Il y a beaucoup de déception et de la tristesse. On parle d’un monument du cyclisme, créé au 19e siècle et qui reste complètement dans son temps. Maintenant, la demande du préfet des Hauts-de-France est compréhensible. Sans les collectivités, on ne peut pas organiser de grandes courses. Le basculement de la MEL en zone d'alerte maximale a tout changé. Le préfet m’a appelé hier soir pour me dire qu’il était "franchement ingérable" d’organiser. C’était devenu impossible" explique-t-il à nos confrères de la Voix du Nord.

Depuis la semaine dernière, il s'attendait à ce que le couperet tombe. "On sentait que ça allait être compliqué alors qu’on était plutôt optimiste. (...) On a présenté le meilleur dossier possible actuellement. Mais il y avait une inquiétude sur les secteurs pavés. Et le basculement a mis fin à la possibilité d’organiser Paris-Roubaix. Je sais que ce n’est pas une décision prise gaieté de cœur. On se rend compte qu’on est passé juste au bon moment pour le Tour de France ou les Ardennaises. Là, c’est devenu beaucoup plus compliqué."

Malgré ce coup dur, il est persuadé que la course aura lieu en 2021. "Évidemment.(...)Mais il est évident que la pyramide du cyclisme souffre beaucoup comme de nombreux domaines sociaux et économiques. Paris-Roubaix s’en remettra, évidemment. Mais ce sera compliqué pour d’autres courses."

Mathieu Van Der Poel regrette l'annulation: "Paris-Roubaix était l'un de mes principaux objectifs cette saison"

Mathieu Van Der Poel était l'un des grands favoris de la course. Dans un communiqué, il a exprimé toute sa tristesse. "C'est bien sûr dommage. J'avais vraiment hâte de pouvoir enfin terminer la Classique de l'Enfer pour la première fois. Nous aurions normalement prévu une reconnaissance avec l'équipe mercredi prochain", commence-t-il.

Le coureur néerlandais avait énormément d'ambitions. "Paris-Roubaix était évidemment marqué d'un point rouge sur mon calendrier. Il s'agissait mon cinquième monument cette saison. C'est dommage que je ne puisse pas compléter cette liste. Comme tout le monde, je devrai attendre 2021 pour pouvoir courir cette course mythique."

Enfin, il est revenu sur le reste de la saison. "En raison de l'annulation, l'importance des courses à venir, avec Gent-Wevelgem et le Tour des Flances, ne fera qu'augmenter. En revanche, il s'avère que le choix d'ajouter Liège-Bastogne-Liège à mon programme était le bon."