Le patron d'ASO revient sur Paris-Roubaix

"Un moment qui donne la chair de poule"

"J'ai été stupéfait par le retour d'Armstrong"


LIÈGE Christian Prudhomme a suivi aux premières loges la finale d'un Paris-Roubaix qui entrera dans la légende du cyclisme. "Sincèrement, j'étais ravi pour Tom Boonen , explique le patron d'ASO. Après la chute de Flecha et Hoste, nous avons été bloqués derrière eux. Quand on a pu se replacer dans le sillage de Tom, l'écart entre lui et Pozzato était de quinze secondes. Cinq fois, la radio de course a donné le même écart : 15 secondes, 15 secondes, 15 secondes... Puis, subitement, 19 secondes, puis 23... Leur bras de fer a été un des moments rares de la saison, tous sports confondus. C'est le genre de duel où ça ne bouge pas d'un centimètre, où ça se joue dans les yeux, à la force mentale."

Le Français a été marqué par le spectacle de Tom Boonen se battant contre lui-même. "Il était impressionnant et magnifique , dit-il. "Dégageant à la fois une extraordinaire impression de puissance et de fluidité."

Prudhomme revient aussi sur l'épisode de son contrôle à la cocaïne. "On s'était parlé avant le Tour , explique-t-il encore. Je ne l'ai plus revu ensuite avant le Tour du Qatar. Je n'ai senti aucun ressentiment, il a été d'une très grande élégance et a réagi en grand champion après ses ennuis."

Paris-Roubaix fut aussi le théâtre des incidents au Carrefour de l'Arbre. "Mardi, j'ai rencontré le maire de Camphin-en-Pevèle et le président de la communauté de communes qui vient de restaurer le secteur que nous avons réintroduit. Notre volonté est de lutter contre les dérives qui ne correspondent vraiment pas au cyclisme. Les autorités, les élus et nous-mêmes devont trouver des solutions. Je ne doute pas que nous y arriverons, mais clairement, il faut couper le robinet à alcool. Les gens commencent à boire 48 heures avant la course et ne sont plus les mêmes. Nous voulons régler ce problème et préserver la grande fête populaire du cyclisme qu'est Paris-Roubaix. Comme l'est la Flèche Wallonne. Comme le sera Liège-Bastogne-Liège à n'en point douter."



© La Dernière Heure 2009