Une semaine après le Tour et, au lendemain de l'affaire Landis, le cycle des classiques reprend

HAMBOURG Une semaine après la fin du Tour de France et quelques heures après que Floyd Landis se fut expliqué, hier à Madrid (voir plus haut) du contrôle positif dont il a fait l'objet après sa victoire à Morzine, les coureurs ont rendez-vous ce dimanche à Hambourg.

Où la 11e édition de la Cyclassics (250 km, départ à 11h30) réunit quelques-uns des spécialistes des courses d'un jour. L'épreuve allemande, qui sera suivie, dès mardi, par le Tour d'Allemagne, également repris au ProTour, ne bénéficie pourtant pas d'un plateau très relevé même si, évidemment, les vingt formations du ProTour (y compris Astana qui aligne notamment Vinokourov et Kasheshkin, deux bannis du Tour) seront de la partie aux côtés de trois formations continentales invitées, Shimano, Wiesenhof et Barloworld.

Même si l'Américain n'était pas prévu au départ de la seule classique allemande du ProTour, gagnée l'an dernier par Filippo Pozzato, le nom de Floyd Landis va être sur toutes les lèvres dès cet après-midi à la permanence de la course et, demain, au départ, en plein centre-ville.

Aucun des dix premiers du dernier Tour de France ne est présents à Hambourg et il faut même remonter à la 27e place pour trouver trace parmi les engagés du premier classé au Tour, l'Italien Eddy Mazzoleni. Si l'on y ajoute les absences d'Alejandro Valverde, toujours leader du ProTour mais qui se remet de la fracture de la clavicule encourue sur la route de Valkenburg, de Robbie McEwen et Tom Boonen, les vedettes de la Grande Boucle seront rares, Hushovd, bien sûr, mais aussi Freire, Bennati, Kessler, Paolini ou Zabel, candidat à un second succès dans l'épreuve. Parmi celles qui rentrent , Paolo Bettini est la principale.

Dans ces circonstances, quelques-uns parmi nos compatriotes ont une belle carte à jouer. On songe à Philippe Gilbert qui a bien fini son deuxième Tour où la malchance l'a souvent accompagné, mais aussi à Gert Steegmans qui va trouver là une chance unique. Enfin, toujours en quête d'un contrat pour la saison prochaine, Peter Van Petegem doit désormais se mettre en évidence.



© La Dernière Heure 2006