Sylvain Moniquet a pris du plaisir sur Liège-Bastogne-Liège: "J’avais des frissons, beaucoup de gens me prenaient pour Phil"

À l’attaque, Sylvain Moniquet a vécu une montée de La Redoute qu’il n’oubliera pas.

Sylvain Moniquet a pris du plaisir sur Liège-Bastogne-Liège: "J’avais des frissons, beaucoup de gens me prenaient pour Phil"
©BELGA

Alors que Philippe Gilbert disputait sa dernière Doyenne, Sylvain Moniquet a, lui, passé la plus grande partie de la course à l'attaque. "Je suis content, l'objectif de prendre l'échappée a été rempli", avouait le Namurois après la course. "À onze devant, on savait qu'on avait une belle carte à jouer, qu'on pourrait aller loin. Petit à petit, ça s'est égrainé. Finalement, on est arrivés à six dans La Redoute. Bruno Armirail a attaqué. Je suis monté à bloc. Je ne voulais pas me griller, mais j'ai peut-être commis une erreur en ne faisant pas un petit effort. Si j'avais basculé avec lui, j'aurais été plus loin devant."

Le coureur de Lotto-Soudal n'est pas près d'oublier la montée de la côte qui surplombe Remouchamps. "J'avais des frissons", avoue Moniquet en souriant. "L'ambiance était encore plus belle qu'au Mur de Huy. Beaucoup de gens me prenaient pour Philippe."

Après, le coureur de Landenne a été dépassé par le TGV Evenepoel. "J'ai fait trois cents mètres dans sa roue, mais nous étions dans le Hornay et j'ai sauté, dit-il. L'idéal aurait été qu'il me reprenne au sommet, j'aurais été jusqu'à La Roche-aux-Faucons avec lui. Au sprint, j'ai payé mes efforts. J'étais cramé après deux cents kilomètres d'échappée. J'aurais pu faire top 20, mais j'ai vraiment pris du plaisir. Je me suis montré et je sens que j'ai progressé."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be