Van Aert "déçu de ne pas gagner" le GP Québec mais reconnaissant envers Cosnefroy: "Il est très fort sur ce genre de courses"

Le Belge a échoué au pied du podium d’un sprint remporté par Benoît Cosnefroy.

Grand Prix Cycliste de Quebec 2022
©Photo News

Il y avait beaucoup d’enthousiasme, ce vendredi, dans les rues de Québec bien garnies en public, pour le Grand Prix de la ville de la partie francophone du pays du sirop d’érable. Après deux ans d’absence avec deux annulations de suite à cause de la pandémie, les fans de vélo de l’autre côté de l’Atlantique étaient contents de pouvoir encourager les stars du vélo à nouveau. Les clameurs étaient d’ailleurs belles à ressentir dans les montées du circuit urbain de la première des deux classiques canadiennes, soit la côte de la Montagne, celle de la Potasse, celle de la Fabrique et celle du Fort. Autant de grimpettes qui ont sérieusement écrémé le peloton au fil des tours.

Avec un rythme relevé constant derrière l'échappée de cinq hommes dans laquelle le Hennuyer Sébastien Grignard a été un grand animateur pour l'équipe Lotto-Soudal, qui misait sur Sylvain Moniquet et Florian Vermeersch, les mieux placés dans leur lutte pour ces fameux points UCI qui reviennent dans toutes les conversations, sur les courses de tous les continents. À l'arrivée, le Namurois s'est classé à une dix-huitième place, satisfait de ses sensations ("j'aurais pu être proche du top 10 sans des crampes dans le final", a-t-il commenté) avec dans le viseur le rendez-vous de Montréal qui lui conviendra mieux.

Le Français Benoît Cosnefroy a su tromper la vigilance du peloton en attaquant à deux kilomètres de l'arrivée et en résistant au retour de la meute époumonée. Une délivrance pour le sympathique coureur d'AG2R-Citroën, qui n'avait pas encore gagné cette saison. Il a devancé Michaël Matthews, un habitué des premières places au Canada, et Biniam Girmay, tandis que Wout van Aert échouait au pied du podium.

"Je ne suis pas surpris par la victoire de Cosnefroy, commente Wout van Aert à la mine déçue. On sait qu'il est très fort sur ce genre de course. Malheureusement, il a su prendre un avantage. Derrière, cela a un peu joué au poker. J'ai hésité un peu trop longtemps. Mais j'ai vite compris qu'on n'allait pas reprendre Cosnefroy. J'ai alors lancé mon sprint de très loin pour avoir une chance d'être sur le podium mais j'ai été remonté par Matthews et Girmay. Cela a été très tactique dans le final. Dans ce genre de sprint, tu dois vraiment prendre la décision. Je dois me montrer défensif sur ce type de final, mais là, il y avait Cosnefroy tout seul devant. Cela paraît sans doute plus facile qu'il n'y paraît. C'est dommage. On a bien contrôlé la course. L'équipe était super forte. J'aurais bien aimé finir le boulot ou au moins avoir le podium… Il y a bien évidemment de la déception. Je suis toujours déçu si je ne gagne pas. Mais les sensations étaient bonnes sur cette épreuve. Je ne peux pas me plaindre."

Depuis sa reprise après sa conquête du maillot vert sur le Tour de France, il enchaîne les bonnes performances : deuxième à la classique de Hambourg, vainqueur à Plouay sur la Bretagne Classic et quatrième ce vendredi à Québec. Avant d’avoir une nouvelle belle opportunité ce dimanche à Montréal.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be