Cyclisme

Cornu trouve de l'or

E. d.F.

Publié le - Mis à jour le

Le Flandrien confirme enfin tous les espoirs placés en lui


SALZBOURG La journée et la semaine (cinq jours en fait) arc-en-ciel avaient débuté avec la 26e place (sur 29) de la Brabançonne An Van Rie, dans le contre-la-montre des dames, dominé par l'Américaine Kristin Armstrong, médaillée de bronze l'an dernier, et qui doit à chaque fois, avant même de parler de ses résultats, répéter qu'elle n'a aucun lien de parenté avec le septuple vainqueur du Tour de France. Ni bon, ni mauvais, le résultat de l'ancienne athlète du Daring Louvain n'annonçait en rien la magnifique prestation de Dominique Cornu.

Dans trois semaines, le coureur de Beveren aura 21 ans, mais cela fait trois saisons déjà qu'il est considéré comme un très prometteur espoir de notre cyclisme. Protégé de José De Cauwer, son voisin waeslandien, Cornu avait jusqu'à l'an dernier progressé de manière rectiligne et la victoire d'hier (la première pour un Belge), acquise de surcroît avec un avantage important, démontre que sa prestation madrilène (11e après avoir fini 4e des Mondiaux juniors 2003 et espoirs 2004) était un accident de parcours et non l'amorce d'un déclin.

"Ce fut très, très dur, surtout au début avec ces deux côtes ", confirmait Cornu, en tête à tous les points de passage mais qui avait semblé en difficulté dans la première bosse, là où en fait, au plus fort des pourcentages (10 %), la plupart des concurrents s'époumonèrent et ne s'en remirent jamais.

Le splendide succès de Cornu est aussi, un peu, celui de Jean-Pierre Dubois, le nouveau sélectionneur des espoirs. Le Hennuyer, qui s'était empoigné avec son coureur dont il n'avait nullement apprécié l'abandon programmé au Tour de l'Avenir, le menaçant quatre jours de le priver de Mondial, l'a bien guidé.

"Il m'a donné beaucoup d'infos et énormément motivé" , expliquera Cornu, vainqueur du Russe Ignatiev et du Français Coppel, deux des autres favoris avec Grabovsky, lequel a, lui, sombré. "J'avais passé la matinée à reconnaître trois fois le tracé en voiture et une fois à vélo en notant tous les dangers et virages", confirmait Jean-Pierre Dubois. "Ensuite, j'ai dû l'encourager et le pousser dans ses derniers retranchements, pour qu'il se dépasse car il a besoin de cela. Mais ce succès est son mérite."

Le Flandrien, qui rêve de la poursuite aux Jeux de Pékin, n'aura guère l'occasion de porter son maillot arc-en-ciel. Dans trois mois, il passera professionnel chez Davitamon-Lotto.



© La Dernière Heure 2006

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info