"La bulle sanitaire est clairement compromise", voilà l'argument, et l'inquiétude, n°1 de l'équipe Education First dans une lettre envoyée à l'UCI et à l'organisation du Giro cette semaine, comme l'a révélé Eurosport.

L'équipe de Jonathan Vaughters propose notamment "que la situation soit gérée d'une manière globale plutôt qu'un retrait chaotique équipe par équipe de la course", tout en annonçant qu'elle-même quittera le Giro dès qu'un cas positif la concernera. Et de préciser: "Ceci n'est pas une menace mais une suggestion que nous jugeons correcte compte tenu de la situation. Nous préférons courir jusqu'au bout, à Milan. Et si la prochaine série de tests montre qu'il est sécurisé de le faire, nous le ferons."

David Lappartient, président de l'UCI, a répondu en personne à Education First: "Nous faisons face à un défi : celui de terminer la saison et cela ne sera possible qu'en continuant dans un esprit de collaboration et d'unité dans le cyclisme professionnel".

Une nouvelle vague de tests sera effectuée à la fin de cette semaine et une autre sera réalisée lundi, lors de la deuxième journée de repos.