Le sens de la cuvette sera inversé et une côte avec des pavés sera ajoutée sur le circuit.

La Coupe du monde fait escale ce samedi à Tabor, en Tchéquie, pour la quatrième des neuf manches au programme. Elle fera bientôt escale en Wallonie, avec l’épreuve de Namur, qui est devenue une vraie classique du calendrier des labourés. Avec un parcours spectaculaire, sur le site historique de la Citadelle de la capitale wallonne.

Ce circuit va être modifié pour l’édition 2019, qui, pour rappel, aura lieu le dimanche 22 décembre. "Il ne va pas beaucoup changer", nous confirme l’ancien triple champion du monde Erwin Vervecken, responsable du tracé pour la société Golazo. "Il va rester assez similaire dans les grandes lignes. Mais il y aura deux modifications importantes."

Tout d’abord dans la célèbre cuvette, cette fosse dans laquelle se massent chaque année de nombreux spectateurs. "Ces dernières saisons, les coureurs y passaient trois fois par tour, sur des sentiers différents", détaille encore Erwin Vervecken. "Cette fois, ils n’y passeront que deux fois. Dans un autre sens. Ils ne vont plus prendre la descente qu’ils empruntaient en venant de l’Esplanade, car ils vont remonter par là. Tandis qu’ils ne passeront plus par le mur raide qu’ils grimpaient l’an passé."

Cette modification a été introduite pour pouvoir ajouter une côte avec des pavés. Celle de la route des Canons, située en contrebas du célèbre dévers du parcours namurois. "Je pense que cela va attirer beaucoup de public à cet endroit aussi", ajoute Erwin Vervecken. "Car les spectateurs pourront toujours y voir le dévers, une partie toujours intense du parcours de Namur. Et, en plus, ils pourront voir, en restant au même endroit, les coureurs monter la côte avec des pavés. Cette montée sera longue de 200 mètres."

Le parcours de Namur sera donc encore plus dur ? "Non, je ne pense pas, car il y aura une descente juste avant cette côte avec les pavés, qui permettra aux coureurs de récupérer", répond-il. "Mais ces changements vont offrir plus de spectacle."