"Après une évaluation approfondie, les parties prenantes sont tombées d'accord: un cross international, tel que celui d'Anvers a toujours été et doit l'être, vit de la présence massive du public et de l'atmosphère et de l'ambiance", a écrit Golazo. "Avec les règles actuelles, le cross de Coupe du monde d'Anvers risque de devenir une pâle copie."

"Le cyclocross à Anvers vit du public, et c'est traditionnellement un lieu de rencontre pour tous les Anversois qui aiment le cyclocross et l'ambiance", a expliqué Christophe Impens, de Golazo. "Mais pour garantir la sécurité et la santé de tous de manière optimale, nous devrions imposer des règles supplémentaires qui seraient difficiles à contrôler. Cela vaut pour le public le long du parcours, mais encore plus dans les tentes dites d'ambiance et dans les tentes VIP. Ce n'est pas une décision évidente, mais la Ville d'Anvers la comprend, étant donné la situation difficile avec le coronavirus et les mesures modifiées."

Beaucoup d'autres cross figurent encore au programme de Golazo d'ici la fin de la saison. "Nous attendons le prochain comité de concertation du 15 décembre", précise Impens. "En fonction des décisions qui y seront prises, nous examinerons les prochains cross un par un, toujours en étroite concertation avec les autorités locales."

Anvers devait accueillir la neuvième manche de la Coupe du monde. La prochaine épreuve au programme est désormais celle de Val di Sole, en Italie, le 12 décembre. Deux cross sont encore prévus en Belgique, à Namur (19 décembre) et Termonde (26 décembre).