Cunego remporte le Tour de Lombardie

Cyclisme

Publié le

Cunego remporte le Tour de Lombardie
© Photonews

Le jeune prodige italien a devancé au sprint son compagnon d'échappée, l'Italien Ricco


BRUXELLES Trois ans après son premier succès, Damiano Cunego est redevenu samedi le buteur du cyclisme italien en gagnant le Tour de Lombardie à Côme devant son jeune rival et compatriote, Riccardo Ricco.

Cunego, 26 ans, s'est joué au sprint de Ricco qui, à 23 ans, a conclu la saison des classiques comme il l'avait commencé en mars dans Milan-Sanremo. A la différence que, s'il n'avait pu creuser un écart suffisant en attaquant sur le Poggio de Sanremo, il est parvenu à ses fins dans le San Fermo della Battaglia, la dernière difficulté du parcours de 242 kilomètres tracé autour du lac de Côme.

Le plus tranchant sur les pentes de ce dernier obstacle à moins de 6 kilomètres de l'arrivée, Ricco a dû toutefois supporter la compagnie de Cunego, déjà en vue dans les précédentes ascensions du Ghisallo puis du Civiglio.

Les deux hommes ont basculé au sommet avec moins de dix secondes d'avance sur leurs premiers poursuivants, quelque peu émoussés par l'accumulation des efforts. Ni l'Espagnol Samuel Sanchez, ni le Néerlandais Thomas Dekker et encore moins l'Australien Cadel Evans, déjà satisfait de terminer en bon rang cette ultime course du ProTour (un classement qu'il s'est adjugé haut la main), n'ont pu revenir sur le duo.

Dans le dernier kilomètre, les deux groupes séparés par une centaine de mètres ont donné un étrange spectacle d'attentisme avant le sprint. Cunego, maître de ses nerfs, est resté patiemment dans la roue de Ricco pour le déborder nettement avant la ligne.

Pour la troisième place, Sanchez (2e en 2006) a devancé le Luxembourgeois Andy Schleck, qui s'est sacrifié -en vain- tout comme l'équipe CSC pour son frère aîné Frank, le malchanceux du jour.

Derrière l'échappée matinale, dont l'Italien Matteo Tosatto était le dernier rescapé (160 km à l'avant), la formation danoise a provoqué une première sélection dans le Ghisallo qui a mis à mal le champion du monde, l'Italien Paolo Bettini, le vainqueur des deux dernières éditions.

L'aîné des Schleck a accéléré ensuite dans le Civiglio avant de commettre une erreur d'inattention lourde de conséquences. En touchant la roue du Russe Vladimir Gusev, il a chuté dans la traversée de Côme, à 10 kilomètres de l'arrivée, et a perdu toute chance de victoire.

Pour Cunego, il fallait encore suivre Ricco dans ses accélérations répétées. Avec l'espoir de devancer son cadet, révélation italienne de la saison (6e du Giro), à l'arrivée: "Ricco va vite mais, après 240 kilomètres, c'est dur pour tout le monde !"

Le dénouement, sous le soleil d'automne, a comblé le Véronais ("cette victoire est beaucoup plus belle qu'en 2004") qui avait été victime d'une chute le 1er septembre à l'entame de la Vuelta. Malgré une douzaine de points de suture, Cunego avait poursuivi la course pendant une quinzaine de jours. Afin, a-t-il expliqué, de réussir la fin de saison, le Championnat du monde qu'il a couru pour Bettini, puis les autres courses.

Interrogé sur 2008, le chef de file de Lampre a annoncé qu'il n'avait pas encore fixé d'objectifs. "J'attends de connaître les parcours du Giro et du Tour", a-t-il déclaré en homme qui peut s'illustrer aussi bien dans les grands tours ("Je récupère bien", a-t-il souligné) que dans les classiques. "Et il y a aussi le Championnat du monde à Varese...", a-t-il rappelé.

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info