En franchissant la ligne d’arrivée en troisième position, il a martelé son guidon et poussé un juron. Remco Evenepoel est un vainqueur. Et il ne se contente pas d’une place d’honneur sur un podium. Sa déception était criante, ce dimanche, à Waregem. "J’ai été deuxième du National du chrono mercredi et troisième sur le National de route, mais ce sera vite oublié", commente-t-il. "Car on ne retient que les vainqueurs, que les porteurs du maillot de champion. Il y a donc de la déception, oui. Tout comme pour mon équipe. Car nous ne vivons que pour la victoire."

Vu le scénario de fin de course, avec Remco Evenepoel entouré de deux coureurs plus rapides que lui, la tâche semblait compliquée pour les troupes de Patrick Lefevere. "Nous avons voulu ouvrir la course, durcir l’épreuve avec l’offensive d’Yves Lampaert", décrit encore Remco Evenepoel. Le récent vainqueur du National du chrono est parti avec Dries De Bondt et a rejoint l’échappée matinale dans laquelle figuraient son coéquipier Mauri Vansevenant, mais aussi deux coureurs de Lotto-Soudal (Brent Van Moer et Tosh van der Sande), ainsi que le baroudeur Kenny Molly. "Malheureusement, le peloton a réagi et n’a pas laissé à Yves une belle avance", poursuit Remco Evenepoel. "Quand il a été repris, je voulais tenter aussi quelque chose. Wout Van Aert m’a devancé. C’était un bon moment. On sentait que de nombreux coureurs étaient dans le dur à cet instant."

Le double lauréat du Baloise Belgium Tour a sauté dans la roue du cyclocrossman-routier. Et l’a directement relayé, lui faisant un signe de tête, comme pour lui dire : on y va ! "Edward Theuns est ensuite revenu sur nous", détaille encore Remco Evenepoel. "Gérer un final à trois est plus compliqué qu’une lutte entre deux coureurs, quand c’est homme contre homme. Je savais aussi que j’étais face à deux gars plus rapides que moi. Tout le monde le savait, d’ailleurs : on sait que je ne suis pas le meilleur au sprint et je me retrouvais face à une légende comme Van Aert, qui s’impose souvent face aux meilleurs sprinters. L’équipe m’a d’ailleurs dit à l’oreillette d’attaquer. Ce que j’ai fait. Malheureusement, ce parcours ne proposait pas pour moi de longue montée. J’ai attaqué dans une petite côte, mais face à deux gars explosifs, je n’ai pas su faire la différence. J’ai aussi tenté deux fois sur le plat, avant le sprint, mais ce n’est pas évident de distancer des gars qui jouent les victoires sur des monuments, sur les classiques, comme Theuns ou Van Aert. Et arriver au sprint avec Wout n’est pas un cadeau… Vu le contexte, la troisième place était ce que je pouvais viser de mieux. Mais je voulais gagner. Tout en sachant que le niveau d’un championnat de Belgique, c’est le niveau d’un Mondial."

Il n’a donc pas gagné cette semaine. Mais il aura été le plus régulier de ces championnats de Belgique. "Je me sentais bien mieux sur le vélo ce dimanche que mercredi, au chrono, ce qui est positif", ajoute-t-il. "Maintenant, je vais récupérer de cette semaine éprouvante, notamment avec la chaleur, avant de partir en stage pour bien préparer les Jeux olympiques." Il décollera le 10 juillet pour le Japon.