Avec le tenant du titre Mads Pedersen et le triple champion du monde Peter Sagan, Mathieu Van der Poel était sans aucun doute l’un des grands absents du Mondial d’Imola le week-end dernier. Le Néerlandais estimait le parcours trop difficile pour ses qualités : "Il y avait presque 5 000 mètres de dénivelé positif ; c’est trop pour moi" , s’était expliqué le leader de la formation Alpecin-Fenix.

Pourtant après sa démonstration sur l’avant-dernière étape, très accidentée, de Tirreno-Adriatico et vu les hommes qui se sont disputé la victoire en Italie, le Néerlandais aurait certainement été l’atout no 1 de la sélection oranje qui a finalement dû se contenter de la 14e place de Tom Dumoulin.

Mais Mathieu Van der Poel a fait l’impasse car il préfère se concentrer sur ses deux grands objectifs de la saison : le Tour des Flandres et Paris-Roubaix. Pour cela, celui qui avait terminé quatrième pour sa première participation au Ronde l’an dernier a choisi de s’aligner sur le BinckBank Tour pour peaufiner sa forme avant les classiques. "Cette épreuve n’est pas seulement la préparation idéale pour les classiques en octobre" , a déclaré le champion des Pays-Bas. "J’ai également l’ambition de me montrer à plusieurs reprises, vu le statut WorldTour de l’épreuve. L’objectif sera de remporter une étape."

L’épreuve belgo-néerlandaise est également l’une des rares opportunités de la saison, avec l’Amstel Gold Race, pour Van der Poel, de briller à domicile : "Ce sera une course spéciale pour moi. C’est la première fois que je serai au départ et c’est la seule et unique course par étapes du WorldTour qui se déroule à la fois en Belgique et aux Pays-Bas. Et ce sera une très belle chance de mettre en valeur mon maillot de champion des Pays-Bas."