"Je jouais vraiment à domicile. Donc, j’avais intérêt à gagner. J’y suis parvenu et m’imposer à quatre kilomètres de chez moi augmente mon bonheur." Déjà victorieux à Tirreno-Adriatico, Tim Merlier s’est désormais imposé sur ses terres. "J’avais beaucoup de pression sur les épaules mais la présence d’un public massif m’a bien aidé. Il y avait une ambiance folle, un peu comme aux Championnats du monde."

Même s’il ne s’agissait que de sa première participation à cette course, le sprinter d’Alpecin-Fenix savait ce qu’il avait à faire. "J’avais vu les images du succès de Bouhanni (NdlR : en 2017). J’avais vu qu’il avait pris la tête de très loin. C’est ce que j’ai fait. Je poussais mon plus grand wattage et je savais que si je maintenais cela jusqu’à l’arrivée, personne ne pourrait me battre."

Le Flandrien de 29 ans se dit quand même impressionné par Arnaud De Lie. "Je suis très content de l’avoir devancé parce que c’est peut-être l’une des dernières fois que je bats Arnaud." Le jeune Luxembourgeois appréciera le compliment.