Si Wout van Aert vole en ce moment dans les labourés avec une cinquième victoire en cinq courses disputées, ce n'est pas le cas de son éternel rival Mathieu van der Poel. En raison de ses ennuis de santé, notamment des douleurs au dos, le champion du monde avait dû reporter son début de saison d'une semaine, annulant sa présence à Rucphen. Finalement au départ à Termonde dimanche dernier, le Néerlandais s'en était bien sorti avec une belle deuxième place derrière l'inaccessible champion de Belgique.

Mais ce lundi, à Heusden-Zolder, Van der Poel n'a jamais été dans le coup pour finalement abandonner à trois tours de l'arrivée. Son dernier abandon dans les labourés remontait au 13 octobre 2018 à Lokeren. À l'époque, le Néerlandais avait dû quitter la course sur civière suite à une lourde chute.

Cette fois-ci, c'est son dos qui inquiète et qui l'empêche de développer sa puissance habituelle : "Abandonner ne fait pas partie du dictionnaire de Mathieu mais il doit penser à sa santé. Cela n'avait pas beaucoup de sens de continuer. Mais après deux jours de repos, je suis certain que cela ira mieux", a confié son père, Adrie au micro de Sporza, refusant de céder à la panique à un mois du championnat du monde, "Il a besoin de temps. Ce n'est pas une surprise de le voir souffrir du dos après la course difficile de Termonde et les deux premiers tours à Heusden-Zolder."

"Ce n'est pas très plaisant, pour lui comme pour nous", a renchéri son patron Christoph Roodhooft au micro de Play Sports, "Nous devons être attentif à ses maux de dos. C'est ennuyant car c'est le genre de problème dont tu ne te débarrasses pas d'un coup de baguette magique." Mais, si les maux de dos de Van der Poel ne sont pas récents, dans son entourage, on pensait que le Néerlandais s'en était débarrassé : "Dans le deuxième tour, je me suis dis plusieurs fois : 'là, Mathieu va accélérer mais rien n'est jamais venu'", a continué Roodhooft qui a précisé que son poulain sera bien au départ du cyclo-cross de Loenhout ce jeudi.

Un mal qui traîne depuis l'été

L'épreuve disputée dans le petit village de la commune de Wuustwezel en province d'Anvers sera un véritable test pour le champion du monde selon son père. Si Van der Poel retrouve de bonnes sensations, l'épisode houleux d'Heusden-Zolder sera derrière lui : "L'année dernière, à Termonde, il avait également laissé filer Van Aert. Il y a trois ans, il était nulle part sur le cyclo-cross du Koppenberg avant de devenir champion d'Europe trois jours plus tard. Quand tu as mal au dos, ce sont des choses qui peuvent arriver."

Des douleurs aux dos qui ne sont pourtant pas nouvelles et qui s'ajoutent à des problèmes de genou depuis sa chute aux Jeux olympiques : "Depuis le Tour de France, il n'a pas été capable de disputer une bonne course", a expliqué Adrie Van der Poel, "à Paris-Roubaix (NdlR, où il a pris la 3e place) cela allait encore mais ce n'était pas non plus du grand Mathieu. Sa préparation à la saison de cyclo-cross a été perturbée et il a donc accumulé un mois de retard sur le schéma initial."

Face à un Van Aert en grande forme, le champion olympique va donc sans doute devoir revoir ses ambitions à la baisse cette saison dans les labourés : "Ce n'est pas un problème. Certainement quand on sait d'où il revient. Il ne doit surtout pas forcer. S'il a mal, il doit rester prudent. Peut-être qu'il doit se contenter de la 5e place de temps en temps. Le championnat du monde reste l'objectif principal mais il y a des choses plus graves dans la vie s'il n'arrive pas à jouer la victoire."