Dimanche dernier, à Namur, il a été le dernier à accompagner le trio magique van der Poel-Van Aert-Pidcock. Et mercredi, en l’absence du grand talent anglais, il a fini 3e derrière le Belge et le champion du monde. Michaël Vanthourenhout a pris une autre dimension cette saison et veut le montrer à nouveau ce week-end. Surtout ce dimanche.

Car grâce à sa 4e place à Namur, le neveu de Sven Vanthourenhout est toujours en tête de la Coupe du monde. Un maillot de leader qu’il avait décroché grâce à son succès sur la manche d’ouverture, à Tabor. Il compte 62 points, soit 7 de plus que Wout Van Aert et 21 de plus que Toon Aerts et Lars van der Haar, tandis que Mathieu van der Poel en compte 40 après son succès à Namur.

Révélation, ou confirmation tardive, de la saison, Michaël Vanthourenhout a fait de cette Coupe du monde un objectif. "Je me sens bien depuis le championnat d’Europe, je réalise une bonne saison et j’espère me maintenir à ce niveau", commente le coéquipier d’Eli Iserbyt chez Sauces Pauwels-Bingoal. "À Namur, j’avais par exemple été content d’accompagner les trois meilleurs durant cinquante minutes. J’avais été récompensé de mes efforts avec cette place de leader sauvée."

Michaël Vanthourenhout cherchera à engranger un maximum de points, ce dimanche. Sur un rendez-vous doublement important pour lui et ses coéquipiers, car il est organisé par Jurgen Mettepenningen, le… manager de leur équipe. Mais il sait qu’il est sous la menace de Wout Van Aert. Qui s’intéresse à cette édition réduite de moitié, avec seulement cinq des onze manches qui ont été maintenues. Même si sa participation à la quatrième épreuve, à Hulst, aux Pays-Bas, n’est pas encore assurée.

Elle dépendra de la naissance de son premier enfant, prévue au début du mois de janvier, soit lors de la semaine de l’épreuve de Hulst.