v

L'Union cycliste internationale (UCI) a annoncé mardi le calendrier cycliste remanié en raison de la pandémie de coronavirus.

La saison reprendra le 1er août avec les Strade Bianche et se terminera le 31 octobre par le Tour de Lombardie. "Nous avons mis sur pied un nouveau calendrier solide, attractif, varié et le plus cohérent et réaliste possible, dans les meilleurs délais, et en fonction des informations disponibles aujourd'hui concernant l'évolution de la pandémie", déclare David Lappartient, le président de l'UCI.

"Coureurs, équipes et organisateurs disposent dorénavant des dates dont ils ont besoin pour anticiper la reprise au 1er août. C'est une étape très importante que l'ensemble de la communauté cycliste, éprouvée par l'impact financier de la pandémie, attendait pour repartir de l'avant", poursuit le président de l'UCI. "Je tiens à saluer l'esprit de solidarité, le sens des responsabilités de tous les acteurs - je remercie à cet égard Unipublic qui a accepté de réduire la durée du Tour d'Espagne - et le courage dont ont fait preuve, en ces temps difficiles, les familles du cyclisme professionnel sur route. Nous continuerons d'avancer ensemble en vue de la reprise de la saison, en rappelant néanmoins que la santé des coureurs et de toutes les parties concernées demeurera la priorité absolue, et que le redémarrage effectif de nos activités restera conditionné à l'évolution de la situation sanitaire mondiale".

L'Amstel Gold Race, prévue le 10 octobre, satisfaite de sa nouvelle date

L'Amstel Gold Race a trouvé une place dans le nouveau calendrier cycliste présenté mardi par l'Union cycliste internationale (UCI). La classique néerlandaise est prévue le 10 octobre et se déroulera pour la première fois un samedi.

Bien que le coronavirus peut encore empêcher les coureurs de rouler en automne, Leo van Vliet, le directeur de la course, est satisfait de la nouvelle date. "Avec ce nouveau calendrier, nous avons, tout comme les coureurs, un objectif pour lequel travailler. Et ce n'est pas une catastrophe d'une fois rouler un samedi à la place d'un dimanche."

Van Vliet a entendu que l'UCI manquait de dimanches disponibles dans son calendrier. "Gand-Wevelgem, prévu le 11 octobre, ne pouvait pas se rouler un samedi. Cela ne me semble pas problématique que ces courses se déroulent sur le même week-end. Elles n'empiètent pas l'une sur l'autre."

L'Amstel Gold Race sera précédée de Liège-Bastogne-Liège et suivie du Tour des Flandres, toutes les deux organisées un dimanche. Le Tour d'Italie se déroulera également au même moment.

Flanders Classics, organisateur des classiques flandriennes, heureux des nouvelles dates

L'Union cycliste internationale (UCI) a dévoilé mardi son nouveau calendrier WorldTour avec Gand-Wevelgem prévu le 11 octobre, A Travers la Flandre le 14 octobre et le Tour des Flandres le 18 octobre. Flanders Classics, l'organisateur des trois courses, est heureux de ces nouvelles dates.

"Je connais déjà le calendrier par coeur. Les dates sont désormais plus claires, mais tout est encore sous réserve. Nous pouvons déjà préparer notre programme et les équipes peuvent commencer à travailler pour préparer la première course. Cela fait du bien d'avoir de nouveaux objectifs mais je ne m'emballe pas", a déclaré Tomas Van Den Spiegel, le directeur général de Flanders Classics.

Reste à voir si les courses seront organisées comme avant avec des accès VIP. "La course est prévue dans cinq mois et beaucoup de choses peuvent encore se passer. Nous continuons à suivre la situation et nous attendons de voir comment nous pouvons organiser. Je ne pense pas que le but est de laisser les gens se rassembler en masse le long de la course. Voir des supporters en rang ne sera peut-être pas à l'ordre du jour en octobre. Nous anticiperons si nécessaire."

Tomas Van Den Spiegel a également donné plus de clarté sur les parcours. "Gand-Wevelgem ne passera pas par la France. Pour A Travers la Flandre, le parcours est très compact et je ne vois pas beaucoup de problèmes. C'est le cas également du Tour des Flandres. Le plus important, c'est que les dates sont désormais claires et nous sommes heureux avec ce bloc de courses", a conclu Van Den Spiegel.

RCS Sport voulait éviter un maximum de chevauchement entre les courses

Les Strade Bianche donneront le 1er août le coup d'envoi du nouveau calendrier WorldTour publié mardi par l'Union cycliste internationale (UCI). RCS Sport, organisateur de la course mais aussi de Milan-Sanremo ou du Giro, voit ce calendrier comme un "important pas en avant" malgré le chevauchement du Giro et de la Vuelta.

"La publication du calendrier par l'UCI est un important pas en avant pour toutes les parties prenantes impliquées dans la reprogrammation de la saison. C'est le résultat d'un travail d'une ampleur inégalée impliquant les institutions, les organisations, les équipes et ceux qui, à leur échelle, ont contribué à ce choix difficile", a communiqué RCS Sport mardi.

Seule ombre au tableau pour l'organisation, le fait que le Tour d'Italie (3 au 25 octobre) et le Tour d'Espagne (20 octobre au 8 novembre) se chevauchent. "Nous avons soumis certaines propositions qui, à notre avis, auraient permis de réduire les chevauchements entre les courses. Ces propositions n'ont pas été adoptées. Toutefois, nous pensons que ce résultat est important pour la reprise, surtout en ce moment, étant donné la situation sanitaire dramatique qui touche tous les domaines de notre vie."

Outre les Strade Bianche et le Giro, RCS Sport organise également Milan-Sanremo, prévu le 8 août. Le Tirreno-Adriatico aura lieu du 7 au 14 septembre et le Tour de Lombardie le 31 octobre. Ces deux épreuves sont également organisées par RCS Sport.

Les Trois Jours de La Panne se placent entre le Tour des Flandres et Paris-Roubaix

Déplacés au 21 octobre, les Trois Jours de Bruges-La Panne se placent entre le Tour des Flandres (18 octobre) et Paris-Roubaix (25 octobre) dans le nouveau calendrier publié par l'UCI. La course féminine se déroulera un jour plus tôt, le 20 octobre.

"En collaboration avec l'UCI, nous avons réussi à trouver une place pour les Trois Jours de Bruges-La Panne dans un calendrier déjà bien rempli. Une très belle place même, entre le Tour des Flandres et Paris-Roubaix. La course masculine aura lieu le lendemain de la course féminine. Habituellement, c'est l'inverse", a précisé le directeur de course Rob Discart.

Les organisateurs doivent maintenant regarder dans quelles conditions ils pourront organiser la course. "L'organisation suivra de manière stricte tous les protocoles de santé de l'UCI et des diverses autorités. Il est dans l'intérêt des coureurs, de la direction, de l'organisation que nous courrions dans les conditions les plus sûres et les plus saines", a conclu Rob Discart.

L'année dernière, c'est le Néerlandais Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) qui s'était imposé à La Panne. Chez les dames, la Néerlandaise Kirsten Wild avait remporté l'épreuve.

Pour l'UCI, les restrictions sont du ressort de chaque gouvernement

Les restrictions liées aux courses cyclistes sont du ressort de chaque gouvernement, a déclaré le président de l'Union cycliste internationale (UCI), le Français David Lappartient, qui a annoncé la mise en place d'un guide contraignant pour les organisateurs.

Le président de l'UCI a évoqué lors d'un point-presse l'aspect sanitaire pendant les courses, dont la reprise est programmée le 1er août, et les tests de dépistage qui pourraient être mis en place.

"Un groupe spécifique conduit par le Pr Bigard, directeur médical de l'UCI, a été constitué pour répondre à ces questions. Quelle conduite à tenir si nous avons un cas de coronavirus dans une équipe ? Quelles sont les obligations des organisateurs dans une zone départ ? etc. Le travail est lancé mais cela ne se fait pas en cinq minutes", a estimé David Lappartient.

En ce qui concerne les restrictions sur le Tour de France, le président de l'UCI a relevé que la réponse "appartient au gouvernement" français: "Je sais qu'un groupe de travail spécifique a été mis en place. Les organisateurs du Tour de France ont déjà fait la preuve de leur capacité à s'adapter aux contraintes."

A propos des jauges sur les rassemblements publics (5.000 personnes en France jusqu'au début septembre), David Lappartient a fait part de sa confiance pour "trouver des bonnes solutions": "Les demandes dans tous les pays venaient du football, du rugby, qui se jouent dans des stades, et des réponses ont été données. Comment apprécier les 5.000 personnes ? Ce sont des questions qui doivent être vues en détail."

Interrogé sur le resserrement du calendrier WorldTour en quatre mois, le président de l'UCI a répondu que des compromis ont dû être faits: "Trois fronts de courses, c'est possible, nous ont dit les équipes (...) Le mois d'octobre a été le plus compliqué. L'organisateur du Giro espérait avoir le moins possible des classiques pendant son épreuve, leurs organisateurs disaient qu'on ne pouvait les courir en novembre. La durée du Giro a aussi été en question, on a arbitré pour qu'il garde sa durée."

"Si on ne voulait n'avoir aucun chevauchement entre le Giro (3 au 25 octobre) et la Vuelta (20 octobre au 8 novembre), cela repoussait la Vuelta jusqu'à la mi-novembre et cela représentait trop de risques climatiques, à cause de la neige dans les cols, et de la luminosité plus courte dans la journée. Je remercie la Vuelta qui a réduit sa durée", a ajouté David Lappartient.