Cyclisme Le tribunal correctionnel va juger sept coureurs ou ex-coureurs cyclistes

NANTERRE Le procès du dopage dans l'équipe cycliste Cofidis, dans lequel dix personnes dont sept coureurs ou ex-coureurs de cette équipe comparaissent devant le tribunal correctionnel de Nanterre pendant toute la semaine, a débuté lundi. Le procès a commencé avec l'appel des prévenus qui seront entendus lundi et mardi par la 12e chambre correctionnelle du tribunal de Nanterre.

Le procès doit durer jusqu'à vendredi et le jugement sera mis en délibéré. Le tribunal va juger sept coureurs ou ex-coureurs cyclistes : Massimiliano Lelli, David Millar, Philippe Gaumont, Robert Sassone, Médéric Clain, Marek Rutkiewicz et Daniel Majewski.

Selon les cas, ils sont poursuivis pour "infraction aux règlements sur le commerce ou l'emploi de substances vénéneuses" et/ou "incitation à l'usage de produit ou procédé dopant ou masquant par un sportif participant à une compétition ou une manifestation sportive".

Sont également poursuivis pour les mêmes motifs un directeur sportif d'une formation de 3e division, Oleg Kozlitine, et un soigneur, Boguslaw Madejak, jugé aussi pour l'"aide à l'usage" de ces produits, en général de l'érythropoïétine (EPO), mais aussi des amphétamines ou des stéroïdes.

Enfin, un pharmacien parisien du XVIe arrondissement, Pierre Ben Yamin, comparaît pour "délivrance sans ordonnance d'un médicament ou produit" classé comme substance vénéneuse. L'Union cycliste internationale (UCI), initialement partie civile dans ce dossier, s'est finalement désistée, a annoncé le tribunal.