La Flèche Wallonne sera décochée à partir du Stade du Pays de Charleroi

HARZÉ Le cadre bucolique du Château de Harzé se prêtait plutôt bien, hier midi, à la présentation des classiques ardennaises qui nous accompagneront durant la dernière semaine d'avril. Aux côtés, entre autres, de Paul Bolland (Gouverneur de la Province de Liège) et d'Arsène Vanhaeren (Président du Royal Pesant Club Liégeois), Jean-Marie Leblanc, Directeur du Tour de France et d'Amaury Sport Organisation, la société organisatrice des Ardennaises, a dévoilé le programme de la 67e Flèche Wallonne et du 89e Liège-Bastogne-Liège.

Ayant souri à deux coureurs de l'équipe Lotto ces vingt-quatre derniers mois (Rik Verbrugghe en 2001 et Mario Aerts, chez Deutsche Telekom désormais, l'an passé), la Flèche Wallonne prendra son envol le 23 avril à partir du Stade du Pays de Charleroi. Vingt-cinq formations seront répertoriées au départ, soit 23 GS 1 et 2 GS 2, à savoir Marlux-Wincor Nixdorf et Vlaanderen. Au niveau du parcours, un autre changement est à signaler, outre le site de départ, et il concerne la Côte de Bellaire, que les coureurs escaladeront après le deuxième passage du Mur de Huy, à moins de quarante bornes de l'arrivée. Après cette nouvelle difficulté insérée sur le tracé, il restera encore la Côte de Bohissau, de Ahin et le Mur de Huy à franchir pour la troisième et dernière fois.

Pour ce qui est de Liège-Bastogne-Liège, en revanche, aucune modification majeure n'a été apportée au parcours. Ici, Jean-Marie Leblanc a voulu mettre un bémol aux larmoiements de Jef Braeckevelt. On sait que le directeur sportif de l'équipe Marlux s'est plaint de la non-invitation dont sa formation fait l'objet sur la Doyenne, où des garçons comme Geert Verheyen, Dave Bruylandts ou Raivis Belohvosicks, tous en forme appréciable en ce début de printemps, seraient susceptibles de jouer un rôle en vue. «Mais je tiens à rappeler que comme sur Paris-Roubaix (où deux équipes françaises de GS 2, BigMat et MBK-Oktos, n'ont pas été invitées), nous n'avons sélectionné que vingt-cinq formations de première division, énonce le Directeur Général d'ASO. En ce sens, je pense que des teams tels que Milaneza ou CCC Atlas, qui eux émargent aux GS 1, auraient davantage le droit de se lamenter pour leur non-sélection.»

Le débat est ouvert...

© Les Sports 2003