Le champion de Belgique, qui apprécie le nouveau tracé, ne se plaint plus du poignet

GAND Ç'aurait été un triste contretemps. Heureusement, Stijn Devolder, qui avait chuté dimanche lors de la dernière étape du Tour d'Algarve (le Flandrien a gagné l'épreuve portugaise), se blessant au poignet, ne devra pas déclarer forfait pour le Circuit Het Volk.

Le champion de Belgique a pu s'entraîner correctement hier, lors de la sortie collective effectuée par sa nouvelle équipe (sans Boonen, Bettini et Hulsmans, rentrés lundi de Californie). Il y fut même très impressionnant sur les principales difficultés ou zones que l'on attend décisives, après-demain.

"J'ai la condition, en effet" , expliquait-il hier en fin d'après-midi après avoir pris une douche réparatrice, s'être fait masser et s'être restauré. "Mais dimanche soir, j'avais tellement mal que je ne pensais sincèrement pas pouvoir rouler samedi."

Depuis, le Flandrien s'est bien soigné, le médecin de l'équipe, mais aussi un ostéopathe, se sont penchés sur le poignet du coureur de Sint-Lodewijk Deerlijk.

"J'ai bien aimé ce nouveau tracé; c'est évidemment une tout autre histoire, cela ne ressemble plus tellement au Volk des dernières années" , analysait encore Devolder. "Pour moi, il est plus dur, plus sélectif, c'est vraiment un mini-Tour de Flandres. Les difficultés sont plus concentrées. Ce sera une course dure, surtout si, comme je l'espère, la météo n'est pas très favorable. Les points névralgiques seront certainement la zone entre le Kruisberg et l'Eikenberg puis l'enchaînement entre une zone pavée et le Taaienberg. Bien sûr, tout cela est encore loin de l'arrivée et il faudra garder un maximum de forces pour les cinquante derniers kilomètres."

Le Flandrien se sent comme un poisson dans l'eau chez Quick Step-Innergetic. "Dès le premier jour , sourit-il. Comme si j'avais toujours fait partie de l'équipe. Je me sens très bien dans ce système où l'on travaille les uns pour les autres, où chacun a sa chance. Avoir des gars comme Bettini, Tom (Boonen) ou Gert (Steegmans) dans le groupe m'enlève de la pression. Je n'éprouverai aucun remord à travailler pour eux s'il le faut."

Pourtant, le vainqueur du Tour d'Algarve rêve aussi de faire honneur à son maillot tricolore. "Courir les classiques du printemps, ici en Flandre, dans mon maillot de champion de Belgique, va donner une saveur très particulière à ces moments , dit-il. Je serai plus motivé encore, même si je n'avais pas besoin de cela."



© La Dernière Heure 2008