La bataille entre les Suisses et Absalon s’annonce grandiose

HOUFFALIZE On s’était tellement habitué à voir Julien Absalon dominer le VTT mondial qu’on en avait oublié l’opposition. Le championnat du monde à Canberra avait permis au suisse Nino Schurter d’annoncer la rébellion helvétique. Dalby Forrest, lieu de la première manche de la Coupe du Monde, avait confirmé la victoire au mondial de Sauser en 2008.

Finalement, Houffalize servira à départager les différents protagonistes. “Ça me fait deux occasions de battre Julien Absalon mais ce n’est pas pour ça que je vais le battre ce dimanche à Houffalize. Je suis très motivé à l’idée de m’imposer une fois ici sur ce tracé historique mais rien n’est moins sûr. On verra comment la course va se dérouler aujourd’hui.”

Il est vrai que le tracé houffalois est bien plus sélectif que celui présenté à Canberra et à Dalby Forrest. “On n’est pas dans la même situation”, nous confiait Absalon. “Houffalize est bien plus sélectif que les deux autres rendez-vous et j’espère pouvoir profiter de la sélectivité du circuit pour faire la différence.”

Ces deux protagonistes ne doivent pas nous faire oublier les oustsiders de la compétition. Le Sud-Africain Stander Burry ne sera pas le long du tracé de l’Ourthe pour faire de la figuration au même titre que Raph Naef qui a animé la course anglaise avant de baisser pavillon dans le dernier tiers de la course. Fumic, Fluckiger et Hermida seront les autres prétendants à la victoire.

Côté belge, après l’arrêt de Meirhaeghe et la non-participation de Nys à cette compétition, Roël Paulissen est le seul belge à pouvoir briller en Coupe du monde. Le programme de notre champion de cross-country débutera dans une quinzaine de jours à Offenburg.

De son côté, Paulissen a dû mal à se situer dans ce concert actuel. “J’entends parler de temps au tour de la part des meilleurs qui me laissent dubitatif. Je ne sais pas vraiment ce que je peux espérer en entendant tout ça.”

Il est vrai que la 20e place acquise à Dalby Forrest ne permet pas au Limbourgeois d’être des plus optimiste. “Je n’avais pas de bonnes sensations mais ça ne veut rien dire. Le nouveau tracé ne m’arrange pas puisque les côtes sont beaucoup plus courtes que par le passé. On verra donc ce que cela va donner ce dimanche.”



© La Dernière Heure 2010