Y aurait-il de l'eau dans le gaz entre Ineos-Grenardiers et son leader Egan Bernal ? C'est ce qu'affirment plusieurs médias. La stratégie de course de Matteo Tosatto sur la Vuelta ne convenait pas au vainqueur du dernier Giro, selon L'Equipe. Contraint de partager le leadership avec Adam Yates, Bernal a finalement dû se contenter de la 6e place finale sur le Tour d'Espagne.

Tout porte à croire que Bernal pourrait rentrer en Colombie dans les prochains jours et faire l'impasse sur la fin de saison (et notamment le Tour de Lombardie). Son agent, Guiseppe Acquadro, affirme pour sa part qu'il n'y a aucun problème et rappelle que le coureur est encore sous contrat jusqu'en 2023.

De son côté, L'Equipe affirme que la formation Israël-Start Up Nations de Rik Verbrugghe se tient prête à faire une offre à Bernal. Tout en rappelant que plusieurs Sud-Américains sont en partance d'Ineos (Sosa, Narvaez, Henao et Rivera, ami proche de Bernal, sont sur le départ) et que Acquadro, l'agent de l'intéressé, a déjà réussi à libérer certains coureurs de leur contrat. Notamment Carapaz et Amador, en 2019, lorsqu'ils ont quitté anticipativement Movistar pour... Ineos.