Cyclisme

Yves Lampaert a dû se contenter de la médaille d'argent dimanche à l'issue de la course en ligne sur route élites des championnats d'Europe de cyclisme à Alkmaar, aux Pays-Bas.

 "Battre Elia Viviani au sprint n'était pas possible", se consolait-il à sa descente du podium. "J'ai fait le maximum, et je n'ai rien à me reprocher..."

"J'estime avoir livré une très bonne prestation. L'argent, c'est beau, mais je sais bien que l'or l'est encore davantage. Mais les regrets ne servent pas à grand chose. Je ne vois vraiment pas où et quand j'aurais commis une faute dans cette course. J'en suis donc satisfait".

Le Belge n'avait évidemment pas prévu de voir rappliquer Viviani (son équipier chez Deceuninck-Quick Step, ndlr) et Pascal Ackermann (3e) dans sa roue, lorsqu'il a opéré la sélection.

"Une très mauvaise surprise", admet-il. "Parce qu'ils sont tellement rapides. J'ai évidemment accéléré mais ils l'avaient tout aussi évidemment prévu. J'ai quand même creusé un écart et j'y ai alors vraiment cru. Mais Viviani est revenu. Impressionnnant. Il était trop fort. Vraiment. Je dois donc être content de ce résultat, et songer déjà aux prochaines courses. En particulier au Tour d'Allemagne, à la fin du mois. Mais je vais d'abord un peu me reposer. J'espère récolter ensuite des bons résultats afin de gagner ma selection pour les mondiaux au Yorkshire.."

L'épreuve s'étant disputée sans oreillettes, Lampaert, septième du contre-la-montre jeudi (à 7 secondes du top-5 synonyme de ticket pour les Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo), ignorait que Jasper Philipsen qui allait finir onzième 11e à 33 secondes, avait été tout près d'effectuer la jonction.

"Dommage parce qu'à deux devant, on aurait été plus forts", déplorait-il. "Mais bon, on ne va pas refaire la course? Je ne l'avais pas vu. Je le jure. C'est comme ça, et pas autrement. On ne peut plus rien y faire..."

Notre compatriote s'est en tout cas senti beaucoup mieux que dans la course contre le chrono. "Mais elle m'a peut-être permis d'avoir de tellement bonnes jambes aujourd'hui (dimanche, ndlr)", supposait-il. "L'entraînement ne permet pas d'atteindre le même niveau que la compétition. J'imagine que j'aurais mieux presté jeudi, si j'avais disputé la Prudential Ride la semaine passée..."

A priori Lampaert n'est pas candidat pour accompagner Remco Evenepoel et Victor Campenaerts au contre-la-montre du Mondial. Un top huit lui vaudrait pourtant un billet pour Tokyo-2020, mais il a jugé après la reconnaissance du parcours, que pareil résultat n'était probablement pas à sa portée..