Evans bat l'Espagne et l'Italie à lui seul

Cyclisme

N. Ch.

Publié le - Mis à jour le

Evans bat l'Espagne et l'Italie à lui seul
© BELGA

Il devient le premier Australien champion du monde, devançant Kolobnev et Rodriguez. Gilbert termine 6e

Revivez le Mondial


Le championnat du monde en images


Vidéos: Pronos de Sean Kelly, ambiance et départ


MENDRISIO L'Australien sauve sa saison en remportant le plus beau succès de sa carrière ! Kolobnev, Rodriguez, Sanchez, Cancellara et Gilbert n'ont rien pu faire et prennent les accessit dans cet ordre.

Le coureur de la Silence Lotto est sorti d'un groupe d'une quinzaine de coureurs peu avant la dernière côte, à sept kilomètres de l'arrivée. Accompagné par Kolobnev et Rodriguez dans un premier temps, il a réussi à les lâcher dans la finale pour s'imposer en solitaire... Ce qu'il était obligé de faire au vu de ses faibles capacités de sprinter. A noter qu'il s'empare du maillot arc-en-ciel à quelques kilomètres seulement de sa résidence, en Suisse.



Toute l'équipe belge a réussi une superbe course tactique. Mais Gilbert s'est laissé piéger dans les derniers kilomètres. Il a bien essayé de sortir en contre avec Cancellara mais l'entente n'était pas suffisamment bonne. Les grands battus sont avant tout les Italiens et les Espagnols.

La course s'est décantée dans les cent derniers kilomètres avec une première grande offensive dans laquelle on retrouvait Boonen, Van Avermaet, De Greef, De Weert, Rodriguez, Ballan, Paolini, Kirchen et 20 autres coureurs. Ceux-là ont compté jusqu'à 2'30" d'avance sur le peloton avant que celui-ci ne se réveille sous l'impulsion des... Australiens.

les équipiers d'Evans ont tout donné mais devaient rendre les armes à 60km de l'arrivée. Il restait donc trente secondes d'avance aux hommes de tête avant que l'écart ne remonte. C'était sans compter sur un coup de pouce des Français, des Russes et des Espagnols qui avaient pourtant une bonne carte à jouer avec Joaquin Rodriguez à l'avant.

Tout s'est regroupé dans le dernier tour et Boonen a même aidé une dernière fois Gilbert en le ramenant sur un groupe d'une dizaine d'hommes qui s'était détaché. La suite, on la connait... Evans, Rodriguez et Kolobnev s'isolaient devant tandis que les italiens refusaient de prendre leurs responsabilités parmi les poursuivants.

Finalement, Evans attaquait peu avant le dernier passage de la Torrazza di Novazzano et s'envolait vers la victoire puisque derrière, Gilbert, Valverde, Cunego et Cancellara s'observaient. Kolobnev battait Rodriguez pour la seconde place et Sanchez battait Cancellara pour la 4e place. Un peu plus loin, Gilbert remportait le sprint pour la 6e place, sa meilleure jamais obtenue dans un championnat du monde.

Le leader de l'équipe Belge était sans doute l'un des plus fort dans les bosses, dommage pour lui qu'il n'ait pas accompagné Evans lors de son offensive. Cancellara et les Italiens doivent également se mordre les doigts, tandis que les Espagnols vont certainement regretter de ne pas avoir fait confiance en Rodriguez lorsqu'il était dans le groupes des 28 échappés à 50km de l'arrivée.


© La Dernière Heure 2009

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info