Ouf ! Cette journée est derrière lui. Mais elle a changé la donne. En concédant 1:30 à Egan Bernal, Remco Evenepoel a perdu une place au classement général. Huitième à 3:52 du Colombien, il pointe désormais à 2:01 de la troisième marche du podium, occupée par Damiano Caruso.

"Je pense que c’est fini pour le podium", ose Klaas Lodewyck. Remco Evenepoel pense la même chose que son directeur sportif quand il dit : "Cela devient de plus en plus difficile pour moi, mais je vais me battre pour le Top 10."

Se battant au mental, il a perdu le contact avec les autres favoris à l’entame du dernier kilomètre. "Je sentais que mes jambes manquaient de puissance. Il y avait eu beaucoup de changements de température durant la journée. Mon corps n’y est pas encore totalement habitué. Mais c’est logique, je viens de très loin. En fait, je me dis que l’on avait peut-être placé nos ambitions un peu trop haut au début du Giro, quand ça allait bien. Je vais devoir travailler tout ça dans les prochains mois."

"Ce n’est pas déshonorant"

Avant cela, il ne veut pas mettre pied à terre avant l’arrivée à Milan. Parce qu’il s’est battu pour être là. Il veut continuer apprendre.

"On a l’air de dire que je m’écroule en cédant 1:30 à Bernal. Mais quand on voit quel est son niveau actuellement, ce n’est pas déshonorant."

Lundi, au soir de l’étape menant à Cortina d’Ampezzo, il devrait savoir s’il est en mesure de terminer dans le Top 10, dimanche prochain à Milan. C’est que cette étape, on le sait, renseigne trois sommets à plus de 2000 mètres d’altitude. Un programme très lourd qui, pourtant, lui inspire moins de crainte que le Zoncolan.

"Ces trois cols devraient mieux me convenir. Car le tempo devrait y être soutenu, mais les efforts moins explosifs." C’est, d’ores et déjà, tout ce qu’on lui souhaite.


Le top 10 du classement général après la 14e étape:

1. Bernal
2. Yates à 1'33"
3. Caruso à 1'51"
4. Vlasov à 1'57"
5. Carthy à 2'11"
6. Buchmann à 2'36"
7. Ciccone à 3'03"
8. Evenepoel à 3'52"
9. Martinez à 3'54"
10. Bardet à 4'31"