Suspendu jusqu'au 7 mai prochain suite à la lourde chute qui a failli couter la vie à Fabio Jakobsen en Pologne, Dylan Groenewegen prépare son retour. Il devrait débuter sa saison à l'occasion du Tour de Hongrie le 12 mai prochain.

Mais ce retour n'est pas du goût de tout le monde. Chez Deceuninck-Quick Step, on prend assez mal le fait que le Néerlandais de Jumbo-Visma puisse revenir à la compétition avant que Jakobsen ne soit totalement remis de ses blessures. Ce qui devrait encore prendre cinq à six mois, comme ce dernier l'a révélé dans une récente interview.

Dans un entretien pour le magazine Humo, Remco Evenepoel n'a, comme à son habitude, pas gardé sa langue en poche. Le Brabançon, qui prépare lui aussi son retour, a confié qu'aucun coureur du Wolfpack n'adresserait la parole à Groenewegen dans le peloton. "Cela me paraît plutôt logique qu'il ne soit pas bien accueilli. Sans doute que tout le monde dans le peloton pense ainsi, excepté Jumbo-Visma. Chez Deceuninck-Quick Step, nous ne lui pardonnerons jamais ce qu'il a fait à Fabio", a déclaré le jeune coureur de 21 ans au magazine néerlandophone.

Une réaction qui a fait bondir le patron de l'équipe Jumbo-Visma, Richard Plugge: "Avec ce genre de réaction, Evenepoel ne fait qu'alimenter le problème", s'est-il exclamé dans une interview au Laatste Nieuws, "Il ferait mieux de réfléchir avant de déclarer quelque chose dans les médias. Il devrait le savoir."

Dans la suite de l'interview avec le journal flamand, Plugge est revenu quelque peu sur l'incident: "Dylan a dévié de sa ligne. Pour cela, il a été suspendu et dans un monde normal, on ne peut pas être puni deux fois pour la même erreur", a-t-il expliqué avant de prendre la défense de son coureur, "les lourdes conséquences de la chute de Jakobsen ne sont pas toutes à mettre sur son dos. Les organisateurs sont également responsables."