Le championnat du monde de cyclisme a été une grande fête populaire à Louvain et aux alentours. Mais la cerise sur le gâteau n'est pas venue : Wout Van Aert n'a pas réussi à conquérir son premier titre de champion du monde sur route et les Belges ont manqué le podium.

Pourtant, les coureurs noir-jaune-rouge et surtout Remco Evenepoel se sont montrés très forts durant la course. Invité de l'émission Extra Time Koers de la VRT, le jeune Belge est revenu sur ce Mondial où il a joué un grand rôle. Pour de nombreux observateurs, Evenepoel était finalement la meilleure carte belge : "Le meilleur coureur en course derrière Alaphilippe ? C'est difficile à dire, mais j'aurais pu devenir champion du monde", a répondu le coureur de Deceuninck-Quick Step. 

Evenepoel a roulé toute la course en tant qu'équipier, s'échappant à 180 kilomètres de l'arrivée après une attaque de Cosnefroy : "Je connaissais ma tâche à l'avance : je devais tout simplement sauter sur tout ce qui bougeait. Le but était d'empêcher que des coureurs dangereux ne s'échappent sans coureur belge", a-t-il éclairé, "Il y avait deux leaders (Van Aert et Stuyven en réserve) et j'étais un simple équipier."

S'il s'est plié aux consignes du sélectionneur belge, Evenepoel pense qu'il aurait pu avoir plus de libertés dans ce Mondial : "Nous avons eu une réunion d'équipe vendredi après-midi. Je trouvais que les consignes qui m'étaient données étaient floues, après quoi j'ai passé une nuit remplie de doutes. Le samedi, j'ai donc été voir Sven Vanthourenhout et Serge Pauwels. Après la reconnaissance, j'avais le sentiment que sur ce parcours, je pouvais avoir des opportunités pour m'échapper et qu'il y avait des scénarios dans lesquels je pouvais l'emporter."

Mais Evenepoel ne peut pas jouer sa carte et joue son rôle d'équipier à la perfection. Échappé une deuxième fois à un peu moins de 100 km de l'arrivée, il voit revenir un groupe avec Van Aert et Stuyven mais aussi Alaphilippe, Valgren ou encore Colbrelli quelques kilomètres plus loin. Sur la première accélération du Français, Van Aert a montré des signes de faiblesse, mais pas question de changer la tactique dans le clan belge : "Après le Smeysberg, j'ai à nouveau été demander à Sven et Serge si je pouvais recevoir ma chance et mais la réponse a de nouveau été négative", affirme Evenepoel, "À ce moment-là, il était clair que les leaders étaient Wout et Jasper. Ensuite, j'ai accompli mon travail sans rechigner, comme je l'aurais fait chez Deceuninck-Quick Step." 

Un travail qui s'est achevé à un peu plus d'un tour de l'arrivée après avoir tout donné pour ses deux leaders : "Mais j'ai dit ce que je pensais à Sven Vanthourenhout ; c'était une occasion manquée pour aller chercher le titre mondial."

Van Aert réagit à sa manière

Les propos de Evenepoel sur le plateau de la VRT ont fait réagir notamment sur les réseaux sociaux. Ainsi, le journaliste néerlandais Thijs Zonneveld a tweeté de façon humoristique : "Cherchez les sept différences", avec deux captures d'écran d'articles de presse, l'une avec le titre : "Evenepoel: 'Je suis à 100% derrière la tactique'" et l'autre avec ses propos tenus lors de l'émission Extra Time Koers, relatant l'opposé.

Un autre journaliste, Luc Kempen a également réagi sur Twitter après ses propos : "Que lui a-t-on dit lors de sa sélection ? Dans ce cas, il pouvait éventuellement la refuser."

Des réactions négatives à l'encontre du jeune Belge qu'un certain Wout Van Aert n'a pas hésité à liker... comme celles de plusieurs autres internautes allant dans le même sens.