L'ancien champion suisse a été surpris par les prestations du jeune Belge en 2019.

Les prestations de Remco Evenepoel pour sa première saison chez les professionnels n'ont laissé personne indifférent dans le monde du cyclisme. Avec ses résultats, celui que l'on surnomme le "Petit Cannibale" a impressionné. 

Interrogé par nos confrères du Nieuwsblad, Fabian Cancellara ne tarit pas d'éloges sur notre compatriote, que ce soit par rapport à ses prestations mais également ses ambitions : "Je ne lui ai jamais parlé personnellement. Mais il me semble être un garçon loyal. Et surtout, il a un caractère fort. Il n'hésite pas à dire: 'je veux remporter telle ou telle épreuve.' Certains considèrent ce genre de réflexions comme de l'arrogance. Mais en fait, c'est une bonne chose. C'est pareil quand Van der Poel dit : 'Je veux devenir champion olympique de VTT à Tokyo'... Donnez-nous davantage de coureurs avec le tempérament d'Evenepoel, Van der Poel ou Bernal... Cela va nous garantir de belles bagarres dans les années à venir. Et c'est ce que tout le monde attend. Ils n'hésitent pas à dire ce qu'ils veulent. Il n'ont pas peur."

Malgré tout, le triple vainqueur du Tour des Flandres et Paris-Roubaix reste prudent : "Je lis qu'Evenepoel veut remporter les trois grands tours", explique le Suisse."Chouette. Pourquoi un Belge ne pourrait pas en rêver ? Évidemment ce sera compliqué à court terme car une très forte génération de coureurs de courses à étapes arrive à maturité."

"Il semble garder les pieds sur terre. Espérons que cela dure. J'ai compris qu'il était nommé 'le nouveau Eddy Merckx', cela ne l'aidera pas. Cette attente va le poursuivre durant toute sa carrière et s'il n'est pas à la hauteur de celle-ci, il sera forcément critiqué", estime l'ancien rouleur qui pense que les médias belges auront un grand rôle à jouer dans la carrière de Evenepoel de par la manière avec laquelle, ils vont traiter le champion au rythmes de ses victoires, mais aussi de ses déceptions.

D'autant plus que son statut a changé par rapport à l'an dernier et que notre compatriote va désormais devoir gérer la pression extérieure à la course. "Le fait est que les grands champions ne doivent pas uniquement gérer la pression dans la course, mais aussi la pression extérieure à la course. Si ça va moins bien à un moment donné, et que tu n'es pas assez mature, cela peut vite redescendre. Et ça, Evenepoel va devoir apprendre à le gérer également", a conclu Cancellara.