Lors de la première étape du Tour de Pologne, le Néerlandais avait été poussé dans les barrières par son compatriote lors du sprint massif. Jakobsen, toujours en pleine revalidation, a été gravement blessé au visage et son pronostic vital avait été engagé.

"L'assureur Europ Assistance et moi-même avons déjà pris le même avocat depuis longtemps. Durant la semaine de l'incident, nous avons porté plainte auprès du tribunal polonais. Je ne pouvais pas laisser cela comme ça. J'ai subi beaucoup de dommages. J'ai perdu mon sprinteur que je dois payer, sans parler de l'aspect humain dans cette affaire", a précisé Patrick Lefevere.

"Nous attendons de voir comment cela va se dérouler et j'espère que nous allons continuer à investir dans la sécurité dans le cyclisme. J'étais présent avec Yves Lampaert lors de la présentation du Safety Totem et je trouvais que c'était une bonne initiative. C'est un objet qui peut absorber l'impact et qui indique visuellement et acoustiquement qu'il y a un obstacle sur la route. Mais il faut encore plus", a ajouté Lefevere.

Principale victime de l'incident, Fabio Jakobsen compte également entreprendre une procédure judiciaire. "Je l'ai aussi appris. Il aurait pris un avocat. Fabio fait des progrès de jour en jour mais il vient de loin et il a encore beaucoup de chemin à parcourir", a conclu Patrick Lefevere.