Proclamé leader du Team Sky pour le Tour dès cet hiver, Froome apprend à dompter les à-côtés d’un job à plein temps.

"Ce sera une grande première pour moi. J’ai déjà eu l’opportunité d’évoluer dans ce rôle lors de la dernière Vuelta, mais le Tour et son gigantisme rendent les choses différentes. Le public, les médias, tout y est décuplé. Mais je ne suis pas inquiet car j’apprends ce rôle depuis le début de la saison. Mes victoires sur le Critérium International ou le Dauphiné, par exemple, m’ont amené à me familiariser avec les obligations d’un maillot jaune. Les cérémonies protocolaires, les rencontres avec les médias, le contrôle antidopage : je connais désormais toute cette routine quotidienne."

Le Britannique semble parfaitement s’accommoder de la pression qui l’entoure. "Je vis cela plutôt bien. L’équipe m’offre un excellent support et je pense aussi que mes succès cette saison ont été très importants sur le plan de ma confiance personnelle mais aussi pour celle de mes équipiers qui savent que je suis capable de mener à bien notre objectif commun. Mais je le répète, une fois que nous serons au départ de Proto-Vecchio, tous les compteurs seront remis à zéro."