Dans la foulée de la saison la plus réussie de sa carrière pro (victoire, entre autres, sur Liège-Bastogne-Liège et sur le Critérium du Dauphiné), Jakob Fuglsang a couché sur papier les grandes lignes de sa feuille de route pour la saison 2020.

Après son abandon, sur chute, lors du dernier Tour de France, la Danois a choisi de concentrer ses ambitions sur une autre épreuve de trois semaines : le Giro. Une course à laquelle le coureur de chez Astana ne compte qu’une seule participation (12e en 2016) mais dont le parcours l’inspire beaucoup.

"Même si je reviendrai assurément sur un Tour qui ne m’a pas véritablement souri ces dernières années sur le plan de mes ambitions au classement général, je crois que c’était sans doute le bon moment d’essayer quelque chose de nouveau, a commenté le coureur de 34 ans à la chaîné de télévision TV 2 Sport. Et miser sur le Giro me paraît être une bonne idée."

C’est que le médaillé d’argent des Jeux Olympiques de Rio est guidé dans son choix par une autre perspective : celle des JO de Tokyo dont il est allé reconnaître le parcours et où il rêve de s’emparer cette fois de l’or. "Ce tracé m’inspire, mais je pense pas qu’il soit possible d’y être frais et au mieux en ayant disputé le Tour de France à fond (NdlR : la course en ligne a lieu six jours après l’arrivée sur les Champs Elysées). Participer à la Grande Boucle pourrait toutefois être une bonne préparation pour Tokyo mais si j’y vais, ce qui n’est pas encore totalement certain, ce serait alors plutôt pour me mettre au service de mon équipier Miguel Angel Lopez."