Gand-Wevelgem: Steels est en condition

Cyclisme

Jean-Michel Manderick

Publié le

Gand-Wevelgem: Steels est en condition
© Bauweraerts
Gérard Bulens rappelle cependant que le champion de Belgique manque de kilomètres

GAND C'est donc de... Deinze que s'élancera le peloton de cette nouvelle édition de Gand-Wevelgem. A côté des déçus du Ronde, et peut-être parmi ceux qui souhaitent se jauger en vue de Paris-Roubaix, Tom Steels profitera de cette épreuve pour se remettre en selle. Lui qui est poursuivi par la poisse depuis le début de la saison, et qui aspire à pouvoir mettre à profit une condition que son directeur sportif juge relativement bonne. «Je dirais que Tom Steels est rétabli de sa chute aux Trois jours de la Panne, et qu'il est en bonne condition affirme Gérard Bulens. Mais ce dont il manque le plus, c'est de compétition. Tom n'a, en effet, pas parcouru suffisamment de kilomètres en course par rapport à ce qui était prévu. Mais il n'a pas été verni, entre chutes, maladies ou crevaisons au mauvais moment, cela fait beaucoup de petits malheurs.»

«Dierckxsens est un attaquant, pas un leader»

Déjà lauréat en 1996 et 1999 de cette épreuve, à l'occasion de laquelle les sprinters ont régulièrement eu l'occasion de faire parler la poudre, Tom Steels bénéficiera, donc, d'une relative attention de la part de ses équipiers, qui essaieront de le protéger, même s'il ne constituera pas la seule arme des Crédit Agricole-Colango. «Hormis le manque de compétition, un autre élément essentiel pour Tom sera le moral. Un léger doute a dû s'installer chez lui après cette période de malchance. Mais il est sans doute capable de gérer cela avec son expérience. Je l'ai d'ailleurs trouvé relativement bien, sur le plan du mental, ces derniers jours. Oui, un Tom Steels bien emmené jusqu'à la ligne d'arrivée sera un candidat cette après-midi. Mais d'autres coureurs de l'équipe bénéficieront aussi d'une protection. Je pense, en cas de sprint, à Ludovic Capelle ou à un Wesley Van Speybroeck qui connaît bien le parcous.»

Mais d'une manière générale, Gérard Bulens attend une réaction de la part de son groupe et de coureurs qui l'ont déçu dimanche dernier à l'occasion du Ronde.

«J'ai clairement mis mes coureurs face à leurs responsabilités. Leur attitude au Tour des Flandres va à l'encontre de celle que je préconise, notamment pour ceux qui ont arrêté avant la fin, et surtout dans les conditions de ce Ronde version 2003. Ensuite, Ludo Dierckxsens, qui a mal négocié sa finale dimanche dernier, doit reprendre le rôle qui est le sien. C'est-à-dire celui d'un attaquant, et non d'un leader dans cette équipe. Nous sommes passés à côté du Tour des Flandres, et j'attends une réaction de la part de l'équipe. Dès aujourd'hui, mais aussi en vue de dimanche, à Paris-Roubaix».

Le message est clair...

«Belohvosciks nous a surpris»

Didier Paindavaine se réjouit du comportement de ses coureurs ces derniers jours

CHARLEROI Une préparation opportune? Des fourmis dans les jambes? Ou un esprit revanchard dans le chef de certains, suite à la non-sélection pour Liège-Bastogne-Liège? Il y a, sans doute, un peu de tout cela. Ces derniers jours, en tout cas, les hommes de chez Marlux Wincor-Nixdorf ont fait parler d'eux. Dimanche, en effet, Dave Bruylandts s'est montré relativement impressionnant au Tour des Flandres. «Surtout qu'il n'était pas censé y aller, ajoute Didier Paindavaine, directeur sportif au sein de la formation wallonne. Mais il a été tellement déçu d'apprendre que nous n'irions pas à Liège-Bastogne-Liège, contrairement à ce qui avait été avancé, qu'il a sans doute voulu le montrer à sa manière.»

Quelques jours plus tôt, c'est Raivis Belohvosciks qui s'était distingué aux Trois Jours de la Panne. Une épreuve dans laquelle il s'est adjugé le contre-la-montre, avant de s'offrir la victoire finale. Et si Dave Bruylandts ne sera pas de la partie à Gand-Wevelgem (puisqu'il s'alignera au Pino Cerami, ce jeudi), c'est bien le Letton qui emmènera l'équi- pe en terres flamandes aujourd'hui. «Ruskys et lui seront entourés de coureurs flandriens ou d'hommes qui ont pris un peu de retard dans leur préparation, explique encore Didier Paindavaine. Il y aura notamment avec eux D'Hont, Coupé, Dekkers ou Stevens... Ils auront pour objectif de protéger notre champion de Lettonie. Mais si les coureurs sont dans les mêmes dispositions que ces derniers jours, on devrait encore nous voir à l'offensive.»

Pour la formation de D 2, il s'agira donc d'être attentif aux tentatives d'échappée et d'essayer de placer les deux flèches que sont Belohvosciks et Ruskys dans les meilleures conditions. «Si l'arrivée devait se disputer au sprint, nous compterons sur Saulius Ruskys. Mais dans une finale, Belohvosciks possède une sacrée pointe de vitesse. Celui-là est capable de produire un effort à 70 km/h pendant les cinq derniers kilomètres de course. Nous connaissions ses capacités, notamment dans les chronos, mais à La Panne il nous a surpris. Et c'est très positif! Je pense que le fait de s'être imposé dans cette épreuve lui aura encore fait davantage prendre conscience de ses possibilités.»

Un homme à surveiller, donc, au sein d'un peloton qui prendra le départ de Deinze ce mercredi matin. «Surtout qu'il s'agit de sa dernière course avant de prendre quelques jours de repos chez lui. Il est très en forme, actuellement, mais ce n'était pas forcément prévu. Le fait qu'il ait été malade au moment du Volk a retardé son pic de forme, dont il jouit pour l'instant. Mais c'est aussi dû à notre bonne préparation et, notamment, ce stage effectué en Malaisie. D'une manière générale, l'équipe tourne bien. Je crois que nous venons de prendre 350 points en une semaine, c'est pas mal...»




© Les Sports 2003

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info