Carlo Bomans y emmènera ses deux leaders pour le Mondial le mardi après Liège

LOUVAIN Carlo Bomans, toujours très discret comme d’habitude, était hier à Louvain, au départ de la Flèche Brabançonne. Il nous a confirmé qu’il effectuerait bien une reconnaissance du circuit de Copenhague à la fin de la période des classiques de printemps.

“Nick Nuyens s’est déjà rendu au Danemark, ce sera cependant la première fois pour moi, même si je sais déjà quasi tout du parcours grâce à la vidéo”, disait Bomans. “Mais c’est une sorte de tradition, à laquelle on n’avait pas pu sacrifier l’an dernier en raison de la destination trop lointaine des Championnats du Monde. Je serai accompagné de mes deux leaders, Philippe Gilbert et Tom Boonen, tous deux très motivés pour ce Mondial. Nous partirons le mardi qui suivra Liège-Bastogne-Liège.”

Pour se préparer à cette épreuve, les deux Monégasques d’adoption participeront à la Vuelta” , mais feront-ils la totalité du Tour d’Espagne ? Bomans le pense. “Au contraire de l’an dernier, il y aura 15 jours entre ce grand Tour et le Mondial, donc tout le temps qu’il faut pour récupérer. La Vuelta est, selon moi, le passage obligé afin d’être en forme pour ce rendez-vous par équipes nationales.”

Bomans semble avoir une idée déjà assez précise de ce qui attend nos compatriotes sur place. “Je crois que des étapes du Tour du Danemark se sont terminées à cet endroit et qu’elles s’étaient soldées par des arrivées au sprint, mais il s’agit de courses au kilométrage limité. Un Mondial c’est 260 km, ne l’oubliez pas ! L’arrivée est située en côte et au bout de cette distance, cette bosse risque de faire des dégâts. C’est pourquoi il est important d’aller sur place pour se rendre compte de visu de la difficulté du circuit.”

Le coach national convient qu’il y a pour l’instant de nombreux Belges en forme. “Ah ! si je devais donner ma sélection maintenant, je crois que j’aurais un sérieux problème pour choisir mes neufs coureurs, mais le Mondial a lieu fin septembre et, à cette époque, il a déjà beaucoup moins de clients potentiels pour l’équipe nationale. Souvent, même tout de suite après le Tour de France, on enregistre les premiers désistements. Sans parler des maladies et des blessures qui font toujours malheureusement des dégâts.”

Boonen et Gilbert, en tout cas, seront bien là s’ils sont épargnés par la malchance; leur participation à ce petit voyage au Danemark est la preuve de leur motivation. On sait du reste que ces deux-là n’ont jamais besoin d’être encouragés moralement à la veille d’un Championnat du Monde, une course qui leur parle, littéralement, à tous les deux.



© La Dernière Heure 2011