Philippe Gilbert, trop isolé, n’a pu gagner une troisième fois

La scène se passe deux minutes après la victoire de Greg Van Avermaet. Revenant vers le podium, le Flandrien croise Philippe Gilbert qui vient à peine d’en finir, relevé, dans les derniers du premier peloton. Le Liégeois s’écarte pour venir le long de la route féliciter, un large sourire lui barrant le visage, celui qui sera à nouveau son équipier l’an prochain.

“C’est une belle surprise ”, dira-t-il ensuite. “Je suis content pour lui. C’est vrai que c’est ici que tout a vraiment commencé pour moi. Je lui souhaite qu’il en soit de même.”

Marqué à la culotte, le numéro 1 mondial a vécu une course difficile.

“Ce fut bizarre en effet” , admettait-il encore, non sans ironie, puisqu’il s’est retrouvé seul de son équipe dans le premier peloton, David Boucher étant le seul Omega Pharma-Lotto dans le groupe des 22.

“Je n’ai pas eu beaucoup d’aide de l’équipe. J’ai essayé plusieurs fois de relancer, mais sans effet. Mais même les autres équipes ont éprouvé beaucoup de peine à organiser une vraie poursuite.”

Il reste deux courses au Wallon cette semaine, le Tour du Piémont, jeudi, et celui de Lombardie, samedi. “Je me sentais bien aujourd’hui , termina-t-il. Les jambes tournaient bien, mais ce sont d’autres courses. On verra…”



© La Dernière Heure 2011