Même le circuit peu sélectif de Copenhague pourrait lui réussir

BRUXELLES Où s’arrêtera donc la série gagnante de Philippe Gilbert ? C’est la question que tous se posaient hier après son sacre à Hooglede-Gits. Le tout prochain Tour de France devrait également lui sourire avec la condition et la rage de vaincre qui l’habitent actuellement.

“En réalité, je ne me pose pas cette question et je profite de chaque succès comme il vient , disait hier le Liégeois, avec une assurance qui impressionnait les observateurs. Ce n’est que lorsque je regarde derrière moi que je me dis : ‘Waaouw, j’ai gagné tout ça !’ Le fait est, effectivement, que je commence même à gagner là où l’on ne m’attend pas. Comme ici, sur ce circuit facile, ou, au contraire, sur les rampes normalement trop raides pour moi du Mur de Huy.”

Du coup, ses supporters se remettent à rêver d’un titre de champion du monde, en septembre, à Copenhague. Ce circuit est supposé mieux convenir à Tom Boonen, mais c’était également le cas pour ce championnat de Belgique, dès lors, tous les espoirs sont permis.

“Je maintiens ce que j’ai dit après ma reconnaissance en avril dernier  : ce parcours ne convient pas vraiment à mes caractéristiques. Cela précisé, cela ne m’empêchera pas d’être malgré tout très motivé par le maillot arc-en-ciel à décrocher au Danemark. Simplement, je ne serai pas le seul à le vouloir. Ce n’est pas comme si ce Mondial se disputait sur un circuit comme celui de Vérone par exemple. J’ai retenu la leçon de Geelong…” En lisant entre les lignes, on comprend que le nouveau champion de Belgique se sent désormais capable de gagner n’importe où, quelle que soit la difficulté du tracé et la nature de l’opposition…



© La Dernière Heure 2011