Gilbert: "Pour penser à l'avenir du vélo"

Cyclisme

Julien Gillebert

Publié le

Philippe Gilbert soutient le passeport biologique, qui permettra de coincer plus de tricheurs

BRUXELLES Pat McQuaid et Dick Pound, présidents de l'Union Cycliste Internationale et de l'Agence Mondiale Antidopage, ont enterré leurs tensions pour signer, hier, dans le cadre de la clôture du grand sommet sur le dopage qui s'est tenu durant deux jours à Paris, un document instaurant la mise en place du passeport biologique. Ce passeport devrait être mis en place dès le 1er janvier pour tous les coureurs du ProTour, même si la question des sanctions ou des mises à pied doit encore être finalisée. Dans un premier temps, il devrait être exigé sur un nombre d'épreuves limité, comme le Tour de France, par exemple.

Mais les coureurs, dans tout ça, ils en pensent quoi ? "Que ce sera encore plus contraignant pour nous mais qu'il faut passer par là pour l'avenir du vélo , avance Philippe Gilbert, parrain de la Charte éthique en Belgique. C'est clairement une bonne chose, ce passeport biologique. Même si j'ai l'impression de le connaître depuis que je suis pro, puisque le suivi longitudinal est appliqué en France. Et voir l'augmentation des contrôles est aussi une bonne chose. Bon, ce n'est pas toujours marrant de se faire prendre du sang, surtout quand on est déjà contrôlé six ou sept fois sur une épreuve comme le Tour de France. Quand on est réveillé à six heures du matin, le jour d'une grande course, et qu'en plus le contrôleur vous fait mal en vous piquant, on n'est logiquement pas de bonne humeur, surtout quand on sait qu'on n'a rien à se reprocher ! Beaucoup de coureurs se plaignent aussi de devoir donner leur localisation. C'est vrai que c'est contraignant et pas toujours évident à faire. Mais cela permet les contrôles inopinés quand les coureurs ne sont pas sur les courses, soit les moments où ceux qui trichent chipotent le plus, notamment au niveau des transfusions sanguines. Donc cela ne peut être que bénéfique pour le vélo. Mais les coureurs propres qui se plaignent de ces contraintes sont aussi plus contents de voir que cinq des dix premiers de la dernière édition du Tour de France ne sont plus sur la ligne de départ... Il reste cependant dans notre esprit que nous sommes le seul sport à véritablement combattre le dopage. "

Instauré pour une période probatoire d'un an, le passeport biologique fera l'objet d'un premier bilan à l'automne 2008 avant, peut-être, d'être étendu à d'autres sports.



© La Dernière Heure 2007

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info