Dario Frigo garde son maillot rose pour une poignée de secondes

MONTEBELLUNA (Italie) On retient son souffle et on garde des forces pour demain et la terrible étape des Dolomites. Voici ce qui pourrait peut-être résumer la première partie de la course. Car c'est seulement à partir du 73e km que les choses ont commencé à bouger avec l'attaque du coureur de la Mobilvetta Design, Massimo Strazzer.

Un Verbrugghe peut en cacher un autre...

Quelques kilomètres plus loin, C'est au tour de Verbrugghe, Ief de son prénom et frère de l'autre, de prendre le relais. Avec Contreras, ils partent à l'attaque de Strazzer, qu'ils reprennent. Verbrugghe s'extirpe alors et se retrouve seul aux commandes. Hélas pour lui, pas pour longtemps...Après avoir pris jusqu'à l'35'' sur le peloton, le coureur belge va malheureusement se faire rejoindre. A 4 kilomètres du but, Zoran Klemencic et Matteo Tosatto vont fausser compagnie au peloton. Ils se verront rejoindre quelques mètres plus loins par Gilberto Simoni. L'Italien qui n'est qu'à 15 secondes de Frigo peut rêver au maillot rose. Malheur lui en a pris. Non seulement il perd l'étape mais aussi la chance de prendre la première place du classement général pour 1 seconde...

Les Dolomites en point de mire

Demain, les coureurs aborderont une grosse étape montagneuse. Au menu 3 grands cols, le Passon di Rolle (1989 m), un des classiques du Giro. Au sommet, il restera 72 kilomètres...de souffrance et la terrible ascension du Passo di Fedaia (appelé aussi Marmolada), l'un des cols les plus redoutables des Alpes dans lequel Alex Zulle perdit le Giro en 1998. Ensuite, les rescapés termineront par les 12 kilomètres d'ascencion du Passo Pordoi. Ce sera la quatrième fois que le Giro y fera étape. Les seuls vainqueurs sont le Français Charly Mottet (1990), les Italiens Franco Chioccioli (1991) et Enrico Zaina (1996).